Dolores Ombrage et les mangemorts ont pris le contôle de Poudlard, venez participer à la libération de l'école la plus réputée du monde sorcier
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 4
Localisation : quelque part dans le chateau

Carte du Personnage
Baguette : 31 cm, souple, bois de cèdre et crin de sombral femelle. Efficace pour les informulés.
Fonction / Année d'Etude: 6 ème année
Sang : mêlé

MessageSujet: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Jeu 19 Mai - 0:16

Armenia Dove Montgomery



INTRODUCE YOURSELF


•NOM ET PRENOM : Montgomery ,Armenia, Dove .
•ÂGE : 16 ans
•CLASSE SOCIALE: Classe moyenne haute.
•LIEU DE RESIDENCE (hors poudlard) : Quand elle n'est pas à Poudlard elle habite dans la ferme de ses parents à Snowshill (cotswolds comté de Gloucestershire)
•MAISON FREQUENTEE A POUDLARD :Pouffsoufle
•STATUS DE SANG : Impur et à bien des niveau, sa mère est une sang-mêlée et son père un cracmoll.
•BAGUETTE MAGIQUE : 31 cm, souple, bois de cèdre et crin de sombral femelle. Efficace pour les informulés.



BEAUTIFUL, ISN'T IT ?



•PHYSIQUE :
La première fois qu'il l'avait croisée, Peter ne s'était pas fait la réflexion selon laquelle elle était d'une époustouflante beauté, parce que ce n'était pas le cas. Non en fait la première chose qui l'a frappé quand il l'a vue pour la première fois, au détour d'un couloir, c'était l'odeur de ses cheveux. Quelque chose comme du jasmin ou de l'orchidée sauvage. Ça n'avait l'air de rien, mais ça à forcé Peter à lever les yeux vers elle, tout ce qu'il pouvait apercevoir c'était sa nuque blanche, ses cheveux comme du chocolat étaient retenus dans un chignon négligé par sa baguette. Elle avait de toutes petites épaules, un dos pas large du tout et en fait elle ne lui semblait pas très grande, ses hanches étaient à peine marquées, pas tout à fait une femme peut-être, encore et toujours une enfant. Il y avait quelque chose de très léger dans sa façon de marcher, c'était joli à regarder à bien y réfléchir. En fait c'était presque doux. Ça l'a marqué, un peu hanté peut-être parce qu'après qu'elle à disparu , pour la première fois de sa vie il s'est demandé quel était son nom. Elle est de la maison pourtant et en général il aime prétendre qu'il connaît les nom de tout ses camarades.

La seconde fois qu'il l'avait rencontrée, ce n'était pas au détour d'un couloir mais dans la grande salle. Elle était assise à quelques place de lui  et fixait son regard sur la table des professeurs, elle écoutait avec assiduité le discourt du directeur. Son visage fin et clair ne possédait pas la beauté tapageuse des filles qui faisaient la une de sorcière hebdo, mais elle était jolie. Pas une beauté fatale, mais en réalité il y avait quelque chose d'harmonieux , ce n'était pas de la joliesse classique et ça n'avait rien avoir avec les cannons habituels de la beauté mais quand ses yeux d'un vert mêlé de brun scintillaient de joie et que ses lèvres s'étiraient dans un sourire heureux il lui semblait qu'elle était la plus belle fille du monde. Son visage qui n'avait rien de réellement remarquable – quoi que joli – se métamorphosait totalement quand ses émotions prenaient le contrôle de sa personne. Les tâches de rousseurs sur son nez et ses joues en rajoutait à cette image enfantine et Peter s'était senti mal de la regarder de cette façon.  Un peu comme un pervers en fait. Elle avait des lèvres pleines , pas totalement symétrique, elle était pleine d'un genre de pureté qui le mettait parfois mal à l'aise.

La troisième fois qu'il l'avait rencontrée, ce n'était pas au détour d'un couloir et pas non plus à la table des Poufsouffle dans la grande salle, non. La troisième fois que Peter avait rencontré la jeune fille, c'était aux alentours de seize-heures trente et il était forcé d'avouer qu'il avait arrangé cette entrevue.  Aux alentours de seize-heure trente donc, au moment ou elle quittait le cours de métamorphose il avait opté pour un précepte fallacieux et avait engagé la conversation avec elle. Elle ne parlait pas très fort en général, sa voix était un peu haute, pas désagréable mais la plupart du temps il ne l'entendait pas. Elle n'était pas forcément le genre de personne a laquelle ont faisait attention, s'il n'avait pas sus qu'elle était là alors il ne l'aurait pas remarquée lui non plus.  Elle avait une petite voix, un peux rocailleuse parfois, tremblante, pas très assurée, même si ce n'était pas toujours le cas d'après ce que lui avait dit  Elaine, une fille de Serdaigle qui partageait certaines classes avec la première.  Elle avait des poignets minuscules et un petit visage, de prêt, ses yeux en amandes parfaites brillaient d'une drôle de lueur. Elle n'était pas très grande en fait.  Pas plus d'un mètre cinquante-six, c'était le genre de personne qu'on aurait décrivit comme « sec », elle n'était vraiment , vraiment pas épaisse. Ça l'avait frappé la première fois, mais elle était loin et de dos, mais après l'avoir vu de plus près il lui semblait qu'une bourrasque trop forte aurait pu la renverser. Elle n'était pas très marquée mais son travaille dans la ferme familiale avait contribué au développement de muscles noueux et efficaces, elle était athlétique contre toute attente après tout.

•CARACTERE :
Elaine Kobbs ▬ Pourquoi est-ce qu'on dois parler d'elle déjà ?

Drew Jacobs ▬ Parce que les préfets en chefs cherchent à sa voir si elle à pus ou non être impliquée dans l'affaire de tricherie en réseau qui à été orchestré par  Barburry, à Poufsouffle en Septième année.  Elle nie toute implication mais comme tu le sais, il y à peut de gens qui peuvent attester qu'elle dis ou non la vérité.

E.K ▬ Tricherie ? C'est une blague ?

D.J ▬ J'ai l'air de plaisanter ?

E.K ▬ Certes pas, mais de toutes les manières c'est impossible. Armenia Montgomery et Tricherie ne devraient même pas pouvoir être prononcés dans la même phrase pour commencer. Montgomery c'est peut-être la personne la plus honnête que j'ai rencontré. On ne s'en rend pas forcément compte parce qu'on ne la remarque pas – elle fait pour pour qu'on ne la remarque pas faut dire – mais en fait elle est une franchise tellement peu conventionnelle que c'est déroutant.  Un jour en seconde année il y à cette fille, Parkinson qui avait fait pleurer une fille plus jeune et Montgomery avait dit que Pansy après tout, était le dernier bourgeon rachitique d'une famille méphistophélique -un mot comme ça, et qu'elle était aussi laide qu'elle était stupide.  Parkinson l'a entendu et quand elle s'est retourné pour lui demander de répéter, Montgomery était juste là, pas très loin avec le regard torve et elle lui à répété mot à mot que « son visage était tout vérolé a force de se montrer antipathique avec tout le monde. » Parkinson en revenait pas. Je crois qu'elle était tellement choquée qu'elle à pas pu répliquer en fait.  

D.J ▬ Donc elle est plutôt extrême dans ces comportement, en fait ?

E.K ▬ Non. En fait c'est pas vraiment le reflet de la réalité. Montgomery elle aime pas attirer l'attention, elle à l'impression que ça la force à prendre des responsabilités pour les autres, en fait je crois qu'elle à peur de se lier aux gens ? Ou peut-être que c'est dans sa nature d'être « discrète ».  Je suis même pas sûre que ça soit le bon mot, mais tu sais Montgomery elle est comme ça : tranquille. Comme un lac. J'ai pas l'impression qu'elle cache un profond ressentiment pour autant. Elle est un peu apathique et quand elle n'est pas contente sa colère est plutôt froide, pas explosive et pas vicieuse, tu comprend ? Et pour sa franchise, en fait je pense qu'elle à seulement été élevée comme ça. «  tout est bon à dire tant que c'est la vérité » ? Je crois que sa famille se moque un peu des conventions sociales. Elle dit ce qu'elle pense c'est tout elle ne vois pas pourquoi elle devrait altérer la vérité.  Elle n'est pas blessante et si elle l'est c'est involontaire et elle à assez de discernement pour s'en apercevoir et le rectifier. C'est une fille plutôt douce et je dirais que quand on la connaît c'est une bonne amie, elle est loyale et de bon conseil en général.

D.J ▬ Tu dis qu'elle est une fille sympas et que c'est pour ça qu'elle ne peux pas avoir été impliquée dans l'histoire ? C'est un peu faible, non ?

E.K ▬ (Agitant la main avec agacement) Bien sur que non. D'ailleurs j'irais pas jusqu'à dire qu'elle est « gentille » ou en tout cas elle l'est pas au sens ou tu l'entend. Elle est pas méchante et j'irais même jusqu'à dire qu'elle est intimement bonne, mais peut-être qu'elle est trop honnête et hors des conventions pour être perçue comme telle ? C'est une erreur cela dit. Non, ce que je te dis c'est qu'elle est trop perspicace  et maline pour se mettre dans des ennuis pareils. Je t'ai dit, elle à tendance à fuir le conflit, les ennuis et toutes sortes d'histoires accaparantes. Elle veux juste être tranquille. Elle est assez intelligente pour savoir que ce genre de trucs c'est des merdiers pas possibles. Puis je vois pas pourquoi elle aurait participer à quelque chose genre tricherie aux devoirs.  Elle à des notes dans la moyenne haute en général, elle est pas aussi brillante que certaines mais en tout cas elle à des résultats satisfaisant. Sauf en Soins aux créatures magiques et en sortilèges, là elle est carrément douée et passionnée. Quoiqu'il en soit, elle n'a pas assez d'ambitions pour faire ce genre de choses. Je veux dire, tu ne prend ce genre de risque que si c'est bénéfique pour toi non ? Les parents de Montgomery sont plutôt cool à ce sujet ; tant qu'elle fait ce qu'elle aie et qu'elle à des résultats corrects ils viennent pas lui chercher des noises.

D.J▬ Pour toi c'est une question de pression scolaire ?

E.K ▬ Quoi d'autre ? Et puis comme je l'ai déjà dis c'est pas le genre de Montgomery. Elle ne se mettrai jamais volontairement dans les ennuis, je crois que je l'ai même jamais vu s'engager dans la lutte entre les élèves ou les maisons, ce genre de choses. Sauf une fois, mais c'était une exception.

D.J ▬ Pourquoi elle l'a fait cette fois là ?

E.K ▬ Parce que c'est arrivé sous ses yeux ? Elle à un grand sens de la justice et des responsabilités, c'est peut-être parce qu'elle se sent obligé de les honorer qu'elle les fuis en quelques sortes. Du coup quand elle à vu ça je crois que ça à du l'énerver.  Je te l'ai dit c'est une élève redoutable en sortilèges, hein ? Elle à beau être du genre « colère froide » j'aimerai pas croiser ma baguette contre elle dans ces circonstances, elle est chevaleresque et tout...Non vraiment. Montgomery l'a vu et ça à sans doutes été trop dur à supporter et elle à agis ?

D.J ▬ J'ai entendu dire qu'elle avait été assez virulente, et après que s'est-il passé ?

E.K ▬ Virulente ? Tu veux rire ! Montgomery est franche comme tu sais, je l'avais jamais vu jurer autant mais au final elle à quand même dit ses quatre vérité à Patterson qui – comme chacun sait – est quand même un abrutit fini. Et d'une violence ! Une fois il à ...ho, ouais le sujet. Donc, Armenia lui à dit ce qu'elle avait à dire puis il à fini la journée en essayant de cacher les furoncles purulent qui grossissaient sur sa face.

D.J ▬ (Avec un rire nerveux) On dirait qu'elle est un peu violente après tout …

E.K ▬ C'est pas dans ses habitudes, mais je pense qu'au final c'est peut-être mieux de ne pas l'importuner, pas trop en tout cas.  Même si elle à agis comme ça parce que Patterson s'est comporté comme un muffle. C'est pas une excuse, mais c'est pas parce qu'elle est discrète et plutôt réservée – voir secrète, qu'elle à pas de fierté, hein ?

D.J ▬ Elle était au courant pour le trafique de devoirs de Barburry ?

E.K ▬ Bah, elle est pas stupide et comme elle est plus généralement centrée sur des activités introspectives, tout ça, c'est une bonne observatrice donc j'imagine qu'elle était comme tout le monde : elle avait conscience que Patterson trafiquait quelque chose. Elle ne savait juste pas quoi.

D.J ▬ Elle n'a rien dit.

E.KPersonne n'a rien dit.  De toutes les manières pour les devoirs que Patterson l'accuse d'avoir écrit pour quelqu'un d'autre, c'est impossible. On est ensemble en Potion et en Histoire de la Magie et ces devoirs : on les a fait ensemble c'est même moi qui les ai rendu le lendemain. Elle est un peu tête en l'air parfois et comme elle ne pouvait pas se permettre de les perdre c'est moi qui les ai gardés. C'est une fille consciencieuse pourtant, mais elle se laisse un peu aller dans son monde parfois.

D.J ▬ (Agacé )Donc elle avait un alibi depuis le début ? Pourquoi tu n'a pas commencé par là ?!

E.K ▬ (Elle rigole  ) Ben, je ne sais pas j'ai pensé que c'était juste une façon que tu avais de me demander des infos sur elle pour l'approcher ou ce genre de trucs !

D.J ▬ Je déteste vraiment quand tu fais cela.

E.K ▬ (S'étirant et quittant son siège.) C'est ça.

• TON HISTOIRE :

Armenia la petite Sorcière et les contes perdus de Snowshill Manor
Mercy Merryweather aurait pus être comme n'importe quelle petite fille de huit ans parfaitement normale, mais ce n'était pas le cas. Mercy pouvait faire des choses, elle possédait des genre de pouvoirs un peu étranges.  Ses parents ne l'avaient pas crue quand elle l'avait dit, ils se plaisaient à dire que c'était son imagination débordante de petite fille.  Mais Mercy savait que c'était faux. Puis elle avait rencontré Armenia.

Armenia c'était «  La princesse du château » comme les enfants l'appelaient dans le coin. Elle habitait dans le vieux fort médiéval absolument excentré du fantomatique village de Snowshill. Un endroit désertique en plein arrière pays, la bâtisse possédait un parc immense d’où s'échappaient de nombreux hennissements malgré l'absence de chevaux ,Il y avait aussi un corps de ferme qui avait été abandonné pendant des siècles et avait été restauré par le couple Montgomery pendant quelques années et, finalement c'était là qu'ils avaient élevé leurs cinq enfants.  Dans la région ont racontait qu'ils avaient seulement hérité de quelque fortune d'un parents et qu'ils étaient installés  dans cette bâtisse gigantesque et pleine de courants d'airs, perdue dans la plaine, dissimulée par une foret épaisse parce qu'ils étaient des gens étranges et antipathiques. Armenia était née dans cette maison, cette ferme immense et c'était là qu'elle avait toujours vécu.

Elle étaient nées la même année d'ailleurs, Mercy était née au début du moins de Septembre Armenia elle au milieu d'un mois de juillet caniculaire. Mercy adorait Armenia pour le monde de curiosité qu'elle lui offrait.  Même si les gens du coin avaient peur de sa famille. Par exemple elle avait appris à propos des hennissements qu'on entendait parfois, le fait du troupeau de sombrals, des chevaux squelettiques ailés qui étaient invisible sauf pour ceux qui avaient déjà vu quelqu'un mourir. C'était sa mère , Karen qui les élevait, elle pouvait les voir depuis plusieurs années maintenant et avait sauté sur l'occasion.

Car oui, Mercy comme son amie Armenia et l'ensemble des membres de sa famille, était une sorcière et c'était la raison pour laquelle elle était si régulièrement invitée chez les Montgomery ; une façon de lui faire prendre contact avec le monde qui serai bientôt le sien.  Et la vérité c'était que cette famille de sorciers intriguaient beaucoup la petite née de moldus.  

Karen par exemple avait presque quarante ans, c'était une mère de famille certes mais c'était elle qui gérait la ferme magique qui prenait place dans le parc du manoir.  Sombrals, Manticores, Abraxan, Broctus, Caladrius ...elle élevait un nombre certains de créatures magiques et mythologiques, merveilleuses fascinantes , dangereuses. Elle dirigeait avec une certaine pédagogie les hommes, les femmes et les elfes de maison qui travaillaient avec elle sur le domaine.  Mercy du haut de ses huit ans ne savait pas très bien ce que cela pouvait représenter mais, les affaires étaient florissantes.

Le père d'Armenia était un gallois pure-souche qu'il disait, Il s'appelait Mordikai et quand Armenia parlait de lui c'était toujours avec un grand respect et des étoiles dans les yeux, travaillant au ministère de la magie au bureau des liaisons avec le monde « moldu » ( ceux qui n'avaient pas de pouvoirs magiques) c'était un homme grand, des épaules larges des yeux d'un bleu perçant et des cheveux d'un noir profond. La maman de Mercy disait souvent que c'était un bel homme, Armenia elle disait que son père était un « cracmol » partiel.  Mordikai Montgomery était né dans une famille influente du monde des sorciers, au Royaume-Uni certains étaient même célèbres et malgré un sang des plus correct, des générations de mages guéris, Mordikai, le cadet des deux frères Montgomery était né presque sans pouvoir magique. Il avait passé deux années à étudier à l'école des sorcier avant de finalement rejoindre le cursus des cours par correspondance. S'il était parfois capables de manifester un peux de magie, la plupart du temps il en était dépourvu.

Le fils aîné de Karen et Mordikai s'appelait Bartholomew, il avait dix-huit ans et suivait un stage de formation accéléré au sein d'un des plus gros organes politiques magiques : « La confédération internationale des Mages et des Sorciers » il espérait y gagner un siège diplomatique permanent. Armenia l'aimait beaucoup, de dix ans son aîné il avait fait partie des étudiants les plus brillants de sa promotion et avait pris sur lui l'apprentissage de nombreuses langues qu'elles soient magiques ou pas. Selon elle, s'il y avait bien quelqu'un qui deviendrai important dans cette famille c'était son premier frère.

Plus récemment – parce qu'ils passaient la plupart de leurs vacances dans leur internat – Mercy avait fait la connaissance des jumeaux Julius et Virginia, treize ans. Ils étaient dans deux maisons différente à l'école et d'ailleurs leurs tempéraments étaient assez différents. Le premier était un élève studieux et appliqué peut-être pas aussi brillant que son aîné mais plein d'ambitions et de rêves, la seconde plus passionnée était à seulement treize ans une des étoiles montantes du Quidditch. Une fille pleine de talent et brûlante de rage de vaincre.

Mercy, d'ailleurs adorait regarder les enfants Montgomery monter sur leurs balais sous le regard inquisiteur et amourateur de leur mère.  Chacun chacun à leur niveau, chacun avait sa place sur le domaine.

Armenia était la quatrième et juste après elle à deux ans d'écart seulement il y avait Merritt. Un petit garçon au teint clair, aux yeux du même bleu abrutissant que son père mais aussi sauvage et agressif que sa sœur était réservée et discrète. Un garçon malin et territorial.

Les Montgomery fascinaient définitivement  Mercy. Il y avait , malgré tout, quelque chose d'inquiétant dans cette maison.  C'était peut-être le fait qu'elle sentait qu'elle n'était pas comme eux ou encore la multitude de choses magiques qui interagissaient dans cet univers clôt, lui était totalement étranger. Et surtout il était clair qu'en dépit de sa grande ouverture d'esprit, Karen ne voulait pas qu'elle interagisse trop souvent avec ses enfants.  Mercy ne pouvait pas comprendre ces choses là et la façon dont on regardait dernièrement les sorciers qui avaient des liens trop resserrés avec des moldus.  Et puis Karen était une louve, une femme qui veillait farouchement sur ses enfants et sur sa tanière, elle gardait farouchement les secrets de sa famille.

Mais Armenia était différente. Armenia était son amie, elle n'avait pas honte de s'amuser avec elle et même que parfois elle lui montrait quelques tours. Des trucs et des choses qu'elle avait appris à faire avec ses frères et sa soeur.  Parce que c'était ça la différence entre elles deux. Armenia était née dans une famille de sorciers alors on lui apprenait à manier consciemment cette magie. Pas comme  Mercy.

Et ça Mercy, eh bien elle en était un peu jalouse, parfois.
Mais elle était fascinée. Armenia c'était une petite fille très gaie qui paraissait parfaitement normale.  Armenia,  elle ne montrait pas qu'elle était une sorcière en dehors de chez elle. Elle lui parlait de l'Histoire des sorciers, des mages noirs. De toutes ces choses qu'elle ne connaissait pas elle. De toutes ces habitues , ces coutumes, ces traditions qui étaient propre à ce monde encore inaccessible.

Armenia, elle était toujours gaie, de bonne humeur et c'était une bonne élève.  Même si les gens du coin ne comprenait pas pourquoi des gens aussi fermé sur eux que les Montgomery( n'envoyaient-ils pas les autres dans un pensionnat élitiste privé à des lieues de là?)n'avaient pas un précepteur à la maison pour éduquer leurs enfants .  Mercy , elle ne savait pas trop ce que ça voulait dire. Mais elle était contente d'être l'amie de la Jolie Armenia.  Armenia la petite sorcière.  Elle lui faisait visiter les recoins les plus vieux de sa demeure, lui présentait les tableau de ses ancêtres, des tableaux vivants avec des animaux qui bougent et des gens qui parlent, qui dansent...Puis l'emmenait goûter avec elle dans les cuisines.

Armenia, était rigolote avec son nez qui se plissait. Parce qu'il y avait trop de poussière dans les sous-terrain ou dans les vieux passages secrets de la maison. Y'avait ces portes aussi. Qui ressemblaient à des murs. Des portes dissimulées qu'elle disait. Mercy se sentait un peu gênée devant toutes ces choses qui la dépassaient, qui dépassaient ses parents à elle, mais elle ne disait rien, Mercy. Parce que Armenia elle ressemblait un peu à toutes ses princesses de contes de fées. Elle avait son palais, ses tours, ses vassaux. Même s'ils étaient imaginaires et Mercy était heureuse de pouvoir emmener seulement un morceau de ce rêve avec elle.

Mercy était contente d'être la seule à connaître le secret d'Armenia.
D'une façon ou d'une autre elle se sentait spéciale.

D'encre et d'Or : Le rat, la fille de moldus et l'école des Sorciers
« – Dites , personne aurait vu mon rat ? Il est vraiment très laid et il à pas de poils. Je suis un peu inquiète ça fait deux jours que je ne le vois plus. »

Les yeux gris comme des perles d'Ophra Woods se plissèrent avec suspicions alors que toute la table des Poufsouffle remuait négativement la tête. Elle poussa un soupire désespéré et se laissa tomber sur le bout de banc qui était libre juste entre Brunehaud Sorns et Armenia Montgomery. Ophra fit mine de s'étirer et  entoura de ses bras les cous de ses amies. Armenia lui jeta un regard de travers parce qu'à cause de ça sa manche trempais dans son jus de citrouille mais elle ne répliqua pas. Brunehaud, loin d'être aussi passive que la première commençait déjà à élaborer toutes sortes de scénarios improbables à propos de la disparition subite de « Machin » le rat-taupe nu d'Ophra. La jeune fille décida enfin de libérer les épaules de ses amies et commença à mâchonner mollement un toast qu'elle avait au préalablement volé au garçon assis en face d'elle.

« – Je ne sais vraiment pas ce que tu lui à fait, mais Merryweather te fixe encore avec une hargneuse insistance , Minnie. »
« – Arrête de la regarder et laisse la tranquille, elle ne m’intéresse pas. D'ailleurs elle ne devrait pas t'intéresser non plus. »

La voix délicate mais dure d'Armenia était montée à ses oreilles et Ophra avait serré les dents avec agacement. Elle ne comprenait pas pourquoi sa camarade ne faisait rien pour faire cesser les vâcheries que lui faisaient subir l'autre depuis la première année. Elles étaient pourtant arrivées ensemble et avaient fait le trajet du train ensemble, parce qu'elle étaient voisines et qu'Armenia et sa famille avaient accueillis chez eux  la petite née-de-moldus pour la  familiariser avec le monde de la sorcellerie, mais quelque chose dans le courant de l'année précédente avait brisé cette drôle d'amitié qu'il y avait entre elles.  Parfois Armenia disait que c'était seulement ce qu'elle appelait «  l'effet Gryffondor ».  Ce n' était pas une critique ouverte contre la maison des Lions, sa propre sœur aînée en faisait partie et c'était une fille des plus adorable, mais chez certaines autres personnes la maison de Goddric Gryffondor avait un effet désastreux.  Ils devenaient arrogant et certains étaient agressifs. C'était notamment le cas de Mercy Merryweather qui avait peu à peu coupé court à tout contact avec son amie d'enfance qui avait été envoyée à Poufsouffle.

Armenia était le genre de personne qui fuyait naturellement le conflit, même si elle avait un sens de la justice particulièrement aiguisé, Ophra se plaisait à décrire son monde de fonctionnement comme de « l'inaction réfléchie » et puis il fallait dire que la plupart du temps la petite sorcière n'avait pas beaucoup d'intérêt pour le monde qui l'entourait. Ce n'était pas quelque chose comme du mépris, même si elle parlait peu, c'était une enfant pleine de vie et de joie et elle n'avait pas d'avis arrêté sur les maisons. Non en fait Armenia appréciait généralement tout le monde d'une façon égale et pas passionnelle, elle ne se démarquait pas, ne se remarquait pas et évitait tant que possible d'avoir des ennuis. Pourtant elle gagnait à être connue  selon l'avis d'Ophra, Armenia ne manquait ni de verve, ni d'esprit et certainement pas de courage. Même si cette chippie de Merryweather tentait de faire croire le contraire.  Vers la fin de l'année précédente, elle avait commencé à répandre des rumeurs assez méchantes et infondées sur Armenia et, même pour quelqu'un de passif comme la jeune fille cela avait été difficile à accepter alors elle l'avait coincée à la fin d'un cours pour lui demander de s'expliquer.

« – Je pense que je suis redescendue sur terre en fait, » avait dit Mercy « Autrefois je t'idéalisais parce que tu étais un peu gentille avec moi et que tu était la seule sorcière que je connaissait vraiment, mais tu es allée à Poufsouffle et nous avons été séparées. » Elle reniflait avec mépris sans vraiment osé  regarder la fille qu'elle accusait si sévèrement.  «  Puis en étant au milieu de tout ces sorciers  j'ai compris ou étaient les vrais valeureux et que les inutiles comme toi allaient à Poufsouffle chez les blaireaux. »

Ophra se souvenait très bien de cette discussion, elles n'étaient que des premières années un peu perdues après tout et elle n'avait pas très bien compris d'ou pouvait venir une telle rage ou une telle méchanceté. La vérité c'était que Mercy était une enfant jalouse. Elle l'avait toujours été.  Jalouse de la famille dans laquelle Armenia avait grandit, jalouse de la facilité avec laquelle ces derniers l'avaient acceuillis, jalouse du talent des enfants de la famille et profondément assurée de sa supériorité en temps que Gryffondor. Pourquoi ? Parce qu'elle était forte de sa rencontre avec Virginia Montgomery par exemple, la poursuiveuse la plus en vogue du moment ( elle avait déjà signé un contrat avec les Pies de Montrose, l'équipe la plus victorieuse de l'Histoire) et unique sœur d'Armenia. Grâce à Virginia , Mercy était rapidement devenue une étudiante populaire et respectée et la plupart des autres première années la craignait.  Mais Ophra l'avait dit : Armenia ne manquait pas de courage et certainement pas de verve.

« – La perfidie n'est pas un vice qui appartient aux Serpentard mais aux rustres et aux lâches comme toi. Tu es aussi laide que tu es orgueilleuse, Mercy alors je vais te donner un conseil, par pitié. N'essaie plus jamais de faire quoique ce soit d'insultant ou d'humiliant contre moi ou contre n'importe lequel des élèves de cette école. Sinon ? » Elle avait plissé le nez mais offert un sourire adorable  « Sinon, tu apprendras à tes dépends que les Poufsouffles aussi peuvent être insidieux et cruels. »

En fait jamais Ophra n'avait entendu quelqu'un être oralement aussi agressif, c'était un peu intimidant, même si Armenia en elle même n'était pas une enfant particulièrement impressionnante. Quand à Merryweather elle n'avait visiblement pas senti que la menace était réelle ou peut-être qu'elle ne l'avait pas comprise ? En tout cas quand trois semaine après leur altercation elle avait jeté un sort de saucissonnage à Galoriant Valmont, un garçon de sang-pur à Serpentard, Armenia avait tenu parole.  C'était arrivé le mardi soir suivant à table au moment ou la grande salle était la plus encombrée. Alors que Mercy Merryweather à la table des gryffondor parlait très fort avec ses amis, passant ses mains dans ses cheveux bruns ces derniers – à l'horreur général d'abord, puis la sienne propre – avait commencé à se détacher de son crâne par poignées et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire quidditch elle s'était retrouvée aussi chauve qu'au jour de sa naissance.  Après un moment de malaise généralisé des rires avaient commencé à remplir la pièce. Quand ses dents avaient commencé à tomber aussi, Mercy avait fuit vers l'infirmerie.  Elle en était ressorti une demi heure plus tard avec toutes ses dents et des cheveux impeccables, mais l'histoire avait quand même été au centre des attentions pendant tout le reste de la journée puis de la semaine.

« – Comment tu as fait ça ? »

Brunehaud avait demandé, sans sourcillé, parce qu'il était évident que c'était leur amie la coupable mais Dumbledore et l'infirmière parlaient d'une potion et vraisemblablement elle n'était pas dans liste de celles que les premières années pouvaient faire.

« – Mercy adore me voler des trucs, c'est un fait. Elle n'aurait pas du voler cette fiole de parfum. C'est tout mais, je l'avais prévenue : c'est elle qui à refusé d'écouter. »

Après réflexion, même si Armenia était une fille adorable et normalement invisible, Ophra pensait qu'elle pouvait vraiment être une personne terrible. Elle ne semblait pas particulièrement atteinte en fait parce qu'elle avait causé. Même si ce n'était pas grave, même si c'était plus une blague méchante dans le genre de celles qu'auraient pus orchestrer les jumeaux Weasley. D'ailleurs la faute semblait leur être imputée par le corps professoral, mais Ophra , Brunehaud et sans doutes Mercy elle-même connaissaient la vérité.

« – Tu as fait cette potion ? »
« – Ne dis pas de bétise : bien sur que je ne l'ai pas faite. Julius l'a fait. Il n'a pas demandé pourquoi mais il m'a passé un savon après coup. »

Julius Montgomery était le frère aîné d'Armenia, sa sœur Jumelle était à Gryffondor mais ils avaient été séparés puisqu'il était l'actuel préfet des Serdaigle. C'était un garçon plutôt doux en règle général et sa gentillesse chaleureuse était la cause de grands émois dans l'école, en sixième année à cette époque il était plus que clair qu'il avait eût les compétences pour le faire.

Les vacances du printemps étaient arrivées assez rapidement et les Montgomery étaient rentrés dans leur famille quand ils étaient revenus : quelque chose avait changé.  Pour commencer et ce qui était le plus évident Virginia avait coupé tout lien avec Mercy Merryweather et avait annoncé sans honte qu'elle ne voulait pas être mêlé à ces histoires sordides. La rumeur selon laquelle Mercy s'en était prise à la cadette de la famille avait fait le tour de l'école et sans le soutiens de Virginia elle avait commencé à se trouver isolée. Elle avait encore des amis mais s'en était définitivement terminé de sa popularité efficiente. Armenia y avait mit un terme proprement et personne n'avait jamais associé son visage ou son nom à cette drôle d'histoire.

Cette histoire remontait maintenant puisque leur seconde année touchait à sa fin mais Mercy était encore furieuse contre la jeune Poufsouffle ; Armenia elle , se contentait de la fuir ou de l'ignorer, au mieux.  Elle n'avait pas envie d'ouvrir le moindre dialogue avec elle et Ophra pensait que c'était une bonne chose. Il ne servait à rien d'envenimer la situation, Armenia avait horreur de ce genre de situation.

« – Vous savez à propos du devoir de métamorphose ? Je crois que je n'ai absolument rien compris à ce qu'il fallait faire. »

Brunehaud haussa vaguement les épaules mais ne répondit pas immédiatement et Ophra étira un large sourire sur ses lèvres : définitivement c'était une bonne chose.

Le conte vécu du Roi serpent et de la reine crapaud

BUSE:
 

« – Je n'arrive pas à croire que tu aies obtenu la totalité de tes BUSE ! »
« – Je te remercie, ça me fait plaisir de savoir ce que tu en pense, Brunehaud. »
« – Le prend pas comme ça Minnie. »

Brunehaud agita la main devant son visage et ignora totalement l'air acide et courroucé de son amie pour se concentrer sur son bulletin de notes.  Un peu plus tôt dans la semaine le professeur Chourave avait tenu à avoir un entretient particulier et personnalisé avec les élèves en post-buse, pour discuter de leur avenir professionnel, après tout il ne restait que deux ans avant les A.S.P.I.Cs.  Avec les notes qu'elle avait eût Armenia avait obtenu dix BUSE sur les dix qu'elle avait passé mais décidé de se délesté de l'astronomie.  La matière ne la passionnait pas plus que de raison et il fallait qu'elle se montre particulièrement studieuse pour obtenir un « Acceptable ». clairement elle n'avait plus le temps de s'ennuyer avec ces choses là.  Armenia d'ailleurs savait qu'elle suivait un avenir tout tracé , non pas parce que c'était la volonté de ses parents, mais elle avait grandi dans la passion de sa mère et elle aimait la vie de ferme. Le travail ne manquait jamais mais il était gratifiant et les créatures magique que sa mère élevait étaient toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Elle avait envie de travailler avec sa maman et de prendre sa succession. Il n'y avait personne d'autre pour le faire de toutes les façons.  

Bartholomew son premier frère avait maintenant vingt-six ans et il avait quitté la maison, il s'était installé dans Londres au plus proche de son bureau. Son poste de Diplomate à la confédération internationale des Mages et des sorciers lui prenait un temps impossible et il passait la plupart de son temps à l'étranger.

Virginia n'était pas non plus au Royaume-Uni , Batteuse vedette des « Pies de Montrose » elle était actuellement avec le reste de son équipe partie pour une tournée Américaine. Les match s’enchaînaient et le reste du temps leur entraînement était affreusement intensif.

Julius avait lui aussi ses occupations, il venait tout juste de rentrer d'Europe de l'Est ou il avait son stage de spécialisation en Médicomagie, il y avait étudié les sortilèges et les potions de magie Noire et reprenait tout juste le chemin de son internant en temps que Guérisseur. C'était un garçon brillant mais sa vie ne prêtait pas vraiment au dialogue dernièrement.

Quand à Merritt, actuellement en quatrième année à Serpentard, ce n'était probablement pas son genre de le faire.  C'était pourtant un garçon valeureux et plein de force, absolument gentil, mais les animaux n'avaient jamais été vraiment sa tasse de thé.

Armenia aimait l'idée de continuer à travailler là ou elle était née et ou elle avait toujours vécu, cela enchanté ses parents aussi et cela correspondait totalement à l'idée d'une vie tranquille et loin des conflits à laquelle elle aspirait.  Elle avait étudié sérieusement pendant plusieurs semaine afin d'obtenir ses buse. Parce qu'elle voulait choisir ses matières, parce qu'elle aimait cela après tout.  Mais elle comprenait ce que Brunehaud avait essayé de dire.

L'année précédente avait été difficile et encore elle ne trouvait pas de mots appropriés pour exprimer à quel point elle avait été choquée, déstabilisée et horrifiée parce qui s'était produit cette année là. Ce n'était pas seulement la coupe de feu, ce n'était pas seulement l'ambiance de rivalité étrange qui avait régné dans l'école ou encore la façon malsaine que les élèves avaient eût de se retourner contre Potter. Non ce n'était pas seulement cela. Parce qu'à la fin, il y avait eut Cédric.  Elle ne le connaissait peut-être pas très bien mais il était de sa maison et il n'avait qu'un an de plus, c'était un garçon gentil et loyal, il avait toujours fait la fierté de Poufsouffle. Un garçon souriant plein d'entrain , intelligent et ce jour là...ce jour là elle avait encore la nausée quand elle repensait à l'expression figée de son visage, son teint livide et les cris ! Oh Merlin les cris, ceux de Potter, ceux de Diggory- père...ces cris avaient déchiré quelque chose à l'intérieur de son âme, le silence lourd de sens et de souffrance qu'avait laissé la foule abrutie par le spectacle horrifique d'un de leur camarade mort avait fini d'imprimer cet instant pour toujours dans le fond de sa rétine. Elle avait passé la moitié des vacances à voir son cadavre à chaque fois qu'elle fermait les yeux.

Pourtant malgré les conditions extrême, elle avait été en mesure d'obtenir la totalité de ses BUSE. C'était ce que Brunehaud avait voulu dire. Elle le savait. Son visage couvert de tâches de rousseur se tordit dans une moue douloureuse et quelques larmes perlèrent de ses yeux. Elle détestait penser à Cedric Diggory. Elle n'avait plus envie de le voir dans ses pensées.

Mais à cela s'étaient ajoutés Le reste. Oh elle avait vomit de terreur quand Tout le mal avait été fait.  « tout le mal » c'était de cette manière qu'elle décrivait les sombres événements qui à la rentrée avaient conduit à l'assassinat publique et barbare d'Albus Dumbledore et plus tard à la disparition du professeur McGonagal. Elle en avait été tellement malade de peur et d'horreur qu'elle était resté plusieurs jours enfermée à l'infirmerie dans un état catatonique.  Quand à la nouvelle directrice, elle ne lui inspirait pas confiance. Armenia ne serait pas allée jusqu'à dire qu'elle avait une confiance « aveugle » en Severus Rogue, mais il était l'emblématique professeur de Potions et par ailleurs elle n'avait pas grand chose à lui reproché : elle avait grandit encore les murs de ce château et elle ne pouvait pas se représenter un monde ou il aurait été absent, alors faute de mots appropriés « elle lui faisait confiance ». Même si Merritt disait qu'elle avait tors de le faire.

Armenia avait voulu fuir quelques jours après les faits. Pourquoi pas aller en France comme leurs cousins maternels ? Elle ne voulait pas faire face à cette horreur permanente, elle ne voulait pas continuer.
Puis, elle avait reçu la visite de son jeune frère Merritt et de leur cousin  paternel, Felix Montgomery un dernière année de Gryffondor. Ils s'étaient tout deux assis sur son lit d'infirmerie et ils avaient eût une longue discussion à propos de ce qu'ils devaient faire.  Felix ne souhaitait pas abandonner sa septième année, il avait toujours été à Poudlard et il ne pouvait qu'être loyal à la mémoire de Dumbledore disait-il, Merritt lui, moins sentimental refusait de prendre la fuite. Il était à Serpentard c'était un fait mais Merritt avait un sens de l'honneur qui n'avait pas d'égal et le Royaume-uni tout entier était un territoire Sorcier libre : il refusait de le céder à un type revenu d'entre les morts : fut-il le diable en personne. La résistance idéologique selon lui, commençait ici même à l'école.

Et Armenia n'avait pas la force de le quitter lui alors elle avait écris à leur parents en déclarant que Merritt resteraient à Pourdlard tant que les choses étaient vivables mais qu'en cas de véritable danger ils rentreraient. C'était une promesse.

Et puis malgré tout, la vie avait repris son cour, le temps lui n'attendait personne et avant qu'elle ne s'en rende compte Armenia avait recommencé à vivre. Discrètement, secrètement mais courageuse malgré tout.

Elle avait envie de croire que les choses s'arrangeraient prochainement.
Elles le faisaient toujours après tout, n'est-ce pas ?


BEHIND THE SCREEN




PRENOM; Minnie, MJ, Ô ta Divine Altesse ...je suis pas tatillonne ♥
ÂGE; 21 ans bébay.
CODE DU REGLEMENT; Il est grand temps d'affronter le mal et de libérer Poudlard ( oh yeah!)
TON AVIS SUR LE FORUM/COMMENT TU L'AS CONNU; Il est toujours aussi cool et je suis un re-role ( me le suis-je présenté à moi-même dans ce cas ?)
MOT DE LA FIN; Coeur sur vous mes lapins ♥


© maxou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Jeu 19 Mai - 8:17

Re bienvenue poulette Very Happy

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 360
Localisation : Poudlard

Carte du Personnage
Baguette : 27,5 cm, bois de houx, plume de phénix, facile à manier et souple, une combinaison peu commune.
Fonction / Année d'Etude: élève de 5 éme année | Gryffondor | Ordre du Phénix
Sang : Sang-Mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Jeu 19 Mai - 14:00

Re bienvenue miss !

_________________

''We've all got both
Light and Dark
Inside of us
What matters is the part
We choose to act on,
That's who we really are ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23

Carte du Personnage
Baguette : bois de rose, plume de phœnix, 28,5 cm
Fonction / Année d'Etude: 6ème
Sang : Mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Jeu 19 Mai - 16:38

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Localisation : Poudlard

Carte du Personnage
Baguette : Aubépine, crin de licorne, 25 cm, relativement souple
Fonction / Année d'Etude: 5ème année
Sang : Pur

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Jeu 19 Mai - 18:29

Dans ce cas, re bienvenue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1137
Localisation : Poudlard

Carte du Personnage
Baguette : : 24,5 cm bois de vigne et crin de licorne, assez flexible
Fonction / Année d'Etude: : Professeur de soins aux créatures magiques / Directrice de Gryffondor / Ecrivains d'encyclopédies créatures magiques...)
Sang : sang-mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Dim 22 Mai - 16:41

Re-bienvenue ! Very Happy
Bon courage pour ta seconde fichounette ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Localisation : quelque part dans le chateau

Carte du Personnage
Baguette : 31 cm, souple, bois de cèdre et crin de sombral femelle. Efficace pour les informulés.
Fonction / Année d'Etude: 6 ème année
Sang : mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Dim 22 Mai - 22:01

Heeeey ♥
merci à tous pour vos gentil messages (o/*
(ils me vont droit au coeur !)
J'en profite pour Uper cette fiche qui est terminée ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 326

Carte du Personnage
Baguette : 31,25 cm en bois d'aubépine et en cœur de dragon, plutôt élastique
Fonction / Année d'Etude: Etudiant
Sang : Pur

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Dim 22 Mai - 22:42

Héhé au plaisir de te voir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 4
Localisation : quelque part dans le chateau

Carte du Personnage
Baguette : 31 cm, souple, bois de cèdre et crin de sombral femelle. Efficace pour les informulés.
Fonction / Année d'Etude: 6 ème année
Sang : mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Lun 23 Mai - 18:09

Merci a toiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1381

Carte du Personnage
Baguette : Bois d'acajou et nerf de cœur de dragon
Fonction / Année d'Etude: Directeur / Professeur de Potions
Sang : Mêlé

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Lun 23 Mai - 22:13


BIENVENUE


Salut à toi ! Et bienvenue, officiellement, sur le forum.

J'ai le plaisir de t'annoncer que tu est validé ! Bienvenue cher Poufsouffle.



Tu peux, dès à présent, aller recenser ton avatar dans le bottin par ICI. Tu peux également aller te créer un répertoire de tes petites aventures ainsi que de tes liens avec les autres personnages sur le forum juste ICI.

Si tu as la moindre remarque ou suggestion pour améliorer le forum,n'hésite pas à nous la remonter ICI

Pour finir, si tu t'ennuies en attendant de RP, viens faire un tour dans le flood, ou dans les jeux ICI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudlardthewar.com
Messages : 1202

Carte du Personnage
Baguette : Tilleul argenté et Crin de licorne
Fonction / Année d'Etude: Assistante d'Amelia Bones au Magenmagot
Sang : Mélée

MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   Lun 23 Mai - 23:00

Re-Bienvenue officiellement Armenia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shadowslegends.forumactif.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pensées pittoresques à propos du temps qui passe ○ Armenia [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le temps passe, mais jamais ne se lasse. (pv.Mitsuko)
» L'éphéméride de notre vie...
» Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible [...] ♦ Amy (L) & Lilieth
» La bêtise ne fait pas passer le temps [ ~>Koyuki Shihaki][sujet terminé]
» c’est l’angoisse du temps qui passe qui nous fait tant parler du temps qu’il fait (gia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard The War ! :: Le Commencement :: Présentations :: Présentations validées-