Dolores Ombrage et les mangemorts ont pris le contôle de Poudlard, venez participer à la libération de l'école la plus réputée du monde sorcier
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Jeu 28 Avr - 17:06

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Après être sorti du bureau du professeur Hastings je suis retourné à la Grande Salle où Jordan m'attendais avec un air qui disait "j'espère que tu t'es fais mal". Le sortilège utilisé par la professeure d'Histoire de la magie m'a arrangé l'épaule, que je soupçonne s'être déboîtée sous la puissance du sortilège de Stupéfixion de Kalis, mais une petite douleur était toujours présente. Fait qu Jordan n'a pas manqué à me faire remarquer et m'embêter à ce sujet toute la journée, sans jamais se lasser.

Les cours se sont déroulés sans encombres malgré tous les élèves qui me dévisageaient et se retournaient sur mon passage : ça risque de durer un bon moment. A part ça, et la présence d'Ombrage dans le château, c'est une journée normale. La cloche sonne la fin des cours et d'un double-cours de potions avec Rogue. Je sors rapidement de la salle de cours avec Jo pour déposer mon sac dans ma chambre puis nous rejoignons la Grande Salle pour prendre le dîner.

Après un bon repas qui dure presque une heure je quitte la table, non sans avoir préalablement piqué plusieurs biscuits vanille-chocolat, de Poufsouffle toujours en compagnie de Jordan et nous nous rendons à la salle commune. Nous descendons les escaliers pour débarquer dans le couloir menant aux cuisines, nous marchons sur quelques mètres avant de nous arrêter devant une pile de tonneaux à vinaigre, sur la droite du couloir.

- Honneur aux dames, dis-je à Jordan en faisant une petite révérence avec un grand sourire. Elle lève les yeux au ciel, s'approche du deuxième tonneau en partant du bas, au milieu de la deuxième rangée, et frappe tranquillement dessus au rythme des syllabes de l'illustre fondatrice de notre maison : Helga Poufsouffle. Les tonneaux s'ouvrent en deux pour découvrir le passage en pente douce qui mène à la salle commune. Nous nous y enfonçons et les tonneaux se referment derrière nous. Selon la légende aucune personne étrangère à la maison Poufsouffle n'est entrée ici, en même temps si on se trompe sur le nombre de syllabes du vinaigre nous est jeté dessus donc je pense que ça en dissuade beaucoup.

Je reste reste quelques minute dans la salle commune le temps de prendre de quoi de faire de lignes ainsi que ma baguette, au cas où, puis je sors de la pièce ronde qui nous sert de salle pour se reposer, faire nos devoirs et discuter. Je sors du groupement de tonneaux qui sert d'entrée secrète puis je prends le couloir en direction des escaliers. Je les montent jusqu'à l'étage où se trouver la salle d'Histoire de la magie. A cette heure-ci de la soirée, les élèves sont dans leur salle commune et les préfets font leurs ronde dans les couloirs de Poudlard. J'espère que je ne tomberais sur aucun d'entre ni sur Rusard et Ombrage qui doivent surement traîner quelque part, à l’affût. J'arrive devant la porte en bois, entre-ouverte, de la salle de madame Hastings. Je frappe deux fois doucement puis ouvre un peu plus la porte et je passe la tête entre la porte et l'encadrement. Elle est là, assise derrière son bureau en train de lire des papiers. Son visage est concentré tandis que ses yeux bleus bougent de gauche à droite au fil de sa lecture. Je reste quelques secondes à la regarder puis je me recule et frappe ensuite à la porte, cette fois plus fort, tout en m’éclaircissant la gorge pour l’interpeller.

- Bonsoir madame, je viens pour ma retenue, dis-je.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Sam 30 Avr - 18:44


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Comme je l'avais prédit, ma pile de copies à corriger n'était pas finie. Après une journée de cours bien remplie et une pause bien méritée, je décidai de retourner dans ma salle que j'ai verrouillée quelques heures plus tôt. De plus, j'y avait donné rendez-vous à un élève de Poufsouffle pour une punition qu'il avait bien mérité : Nashoba O'Malley. Un élève de sixième année à qui j'avais enlevé 20 points la veille, ainsi qu'à son camarade de Serpentard, Kalis Antoy, lui aussi en sixième année. D'ailleurs, j'espérais de tout cœur que le vert et argent avait fait ce que je lui avais demandé : aller voir son Directeur de Maison, Severus Rogue, afin d'être lui aussi punit.  

« Alohomora ! »

La porte s'ouvrit en un déclic. En ce début de soirée, le couloir était calme et les élèves, dans leur Salle Commune. On entendit résonner mes talons qui claquaient contre le sol et silencieusement, je vins m'installer derrière mon bureau en m'asseyant sur une chaise. Sortant du tiroir la pile de copies des troisième année, je me dis soudainement qu'il fallait absolument que je parle à Severus des sorties que j'avais l'intention de faire. J'en avais besoin, si je voulais que mes cours soient plus intéressants. De plus je trouvais cela beaucoup plus ludique que rester à une table à prendre des notes sans jamais savoir à quoi ressemblaient réellement les sujets de leurs cours.

Je pris la première copie qui était sur la tas et commença à la lire. Une élève de Serdaigle. Comme toujours, cette dernière était très appliquée et prenait le soin de répondre aux questions jusqu'au bout. Nul doute qu'elle allait aller très loin. Je lis avec attention son dernier paragraphe dans lequel elle justifiait le choix de sa réponse, avec tellement de concentration que je n'entendis pas le toquement à la porte. Mes yeux zigzaguaient de gauche à droite et au moment où j'allais y mettre la note "Optimal", j'entendis une voix.

« Bonsoir madame, je viens pour ma retenue. »

Je levai la tête, le stylo au-dessus de la feuille. Ah. Nashoba O'Malley. Je jetai un coup d’œil à la pendule. Il était à l'heure. Heureusement, sinon j'aurais été allée le chercher dans sa Salle Commune.

« Entrez, O'Malley. »

Pendant qu'il refermait la porte derrière lui et qu'il s'avançait lentement, j'eus le temps de mettre un Optimal sur la copie de mon élève, suivi d'un commentaire positif. Lorsque je relevai les yeux, c'était pour voir le blaireau, me fixant avec attention. Je me raclai la gorge pour éviter que ce moment ne dure trop longtemps. Je n'avais pas oublié l'épisode de la veille. Je me reculai au fond de ma chaise et croisai mes jambes. Je ne savais pas vraiment quoi lui faire faire pendant une semaine entière. À vrai dire, je n'y avais pas trop pensé. Puis, je regardai les étagères derrière moi qui étaient remplies de livres d'Histoire. Mon prédécesseur, le professeur Binns, n'avait pas réellement pensé à ranger tout ça. Et avec la rentrée, je ne m'y étais pas vraiment concentrée non plus.

Je me levai de mon bureau pour me diriger vers lesdites étagères et en ressortit un gros livre volumineux couvert de poussière. Avec un sourire, je reportai mon attention sur le jaune et noir.

« J'ai trouvé quoi vous faire faire, O'Malley. »

Prenant mon temps, je reposai le livre sur l'étagère et ramenai tous mes cheveux sur le côté droit, faisant ressortir ma clavicule gauche.

« Vous avez devant vous tous les livres d'Histoire de la Magie que mes prédécesseurs n'avaient pas pensé à trier. Votre travail sera de les classer par auteur et par sujet. Ah oui, n'oubliez pas de les dépoussiérer. D'ailleurs, je vous conseille de faire cette étape en première. »

Un petit mouvement de baguette, et une pile de livres vint se poser sur la table juste derrière lui. Les titres n'étaient même plus visibles. Satisfaite, je croisai mes bras sur ma poitrine, en attente d'une éventuelle réponse.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Sam 30 Avr - 23:25

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings J'annonce mon arrivée au professeur Hastings, plusieurs secondes après mon arrivée pendant lesquelles j'ai profité du fait qu'elle était accaparée à une lecture. Elle lève les yeux vers moi, un stylo dans sa main, puis regarde la pendule accrochée au mur. Oui, je suis ponctuel. Elle m'autorise à entrer alors je m'exécute et referme la porte derrière moi. Je m'avance ensuite jusqu'à son bureau, tout en la scrutant, tandis qu'elle est retournée à sa lecture qui ressemble à une correction de devoir. Pendant cet instant je regarde le moindre détail chez elle, ses mains, son visage, et j'en viens même à me questionner sur sa vie avant qu'elle prenne un poste à Poudlard. Qu'est-ce qui à bien pu l'amener à travailler dans son école, et qui plus est à rester après la mort de Dumbledore ? Je suis tellement perdu dans mes pensées que je me rends compte trop tard qu'elle me regarde, d'ailleurs c'est son petit raclement de gorge qui me ramène à la réalité. Il est probablement certain qu'elle n'a pas manqué mon regard lorsqu'elle s'était penchée vers Kalis et moi pour nous disputer et je suis sur qu'elle doit surement y penser en ce moment même. Je dois dire, que j'ai encore jamais regardé un professeur de cette manière ... en même temps aucun des professeurs que j'ai eu avant cette année avaient moins de 40 ans et le prédécesseur du professeur Hastings était un fantôme. Et obtenir un Acceptable avec le professeur Binns était en soi un effort exceptionnel. La jeune professeure détourne ses yeux bleus de mon regard pour les tourner vers les étagères contenant un bon paquet de livres poussiéreux et presque aussi vieux que le fantôme du Moine Gras. Hum ça sent de bonnes heures de rangement.

Hastings se lève pour se diriger vers les étagères en question, mes yeux suivent le moindre de ses mouvements, et elle prends un livre plutôt volumineux. Elle tourne la tête vers moi avec un sourire qui embelli son visage, déjà agréable à la base, et me dis qu'elle à trouvé ce que je vais faire. Elle fais passer ses cheveux sur son épaule droite, découvrant la partir gauche d'un cou gracieux, et prends son temps pour remettre le livre où elle venait de le prendre. Un petit sourire étire mes lèvre mais je le cache rapidement lorsqu’elle se retourne vers moi et me donne ma tâche pour la semaine. Bingo, c'est du rangement et du nettoyage. Elle sort sa baguette, exécute un petit mouvement et plusieurs livres quittent les étagères pour atterrir sur une table derrière moi. Je me tourne un instant vers la pile de livres en question et constate, à mon plus grand bonheur, qu'ils sont vraiment très poussiéreux. Et avec un peu de chance, histoire de faire durer les retenues, je vais surement devoir le faire de la même façon qu'un Moldu le ferait : avec un chiffon et de l'huile de coude. A moins que ... a moins qu'elle m'autorise à me servir de ma baguette et que je l'impressionne avec mes talents en sortilèges. Je reporte mon attention sur mon professeur, qui a les bras croisés sur sa poitrine et qui semble satisfaite du travail qu'elle vient de me donner.

- Dois-je le faire comme un sorcier le ferait, comme un Moldu ou un peu des deux ? demandais-je en espérant qu'elle choisisse l'option numéro trois.

© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Dim 1 Mai - 16:34


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Je me souvenais encore de ma première année à Poudlard. Une année tout d'abord infernale. Oui, infernale. Acceptée dans une Maison qui faisait honte à ma famille. Imaginez-vous un seul instant subir les regards de dégoût qui se poseraient sur votre personne ? J'y ai eu droit pendant toute ma scolarité à Poudlard, ainsi que les années qui ont suivi. Mais lors de ma première année, alors que je ne pensais jamais parler aux élèves de ma Maison par peur de me faire des amis, et ainsi attirer les foudres de mes parents, j'avais ressenti un sentiment de bien-être lorsque j'étais avec eux. Et par oppositions aux idéologies des Hastings, je m'étais fait un bon groupe d'amis que je n'avais pas quitté jusqu'à ce que je finisse mes études. Lors de ma première année, j'avais également ressenti une passion pour l'Histoire de la Magie. Étudier ce que nos ancêtres avaient fait, de mal ou de bien, la création de Poudlard... Et puis plus tard, voir de mes propres yeux les lieux où de célèbres batailles avaient eu lieu, tout cela m'animait d'une passion que nul de pourrait comprendre. M'enfin, je n'étais pas non plus devenue folle et hystérique comme d'autres. Et après la mort d'Oliver, devenir professeure à Poudlard d'une matière qui m'avait faite rêver durant mon adolescence était une chose à laquelle je me raccrochais beaucoup.

« Dois-je le faire comme un sorcier le ferait, comme un Moldu ou un peu des deux ? »

La voix de mon élève me fit sortir de mes pensées. Mon premier puni de l'année. De ma propre Maison, qui plus est. Mais non pas sans raisons : après s'être battu avec un élève de Serpentard, il était normal qu'il en paye le prix.

« Faites comme vous le sentez, O'Malley. Vous pouvez utiliser votre magie si cela vous semble nécessaire. »

En souriant, je m'assis sur le coin de mon bureau.

« Veillez juste à ne pas abîmer les ouvrages, ils sont très précieux pour l'établissement. »

Et pour moi-même, me retins-je de dire. En effet, combien de fois avais-je rêvé durant mes cinq premières années d'y voir le contenu de chaque livre ? Plus d'une centaine de fois, j'en étais sûre. Mais bon, je n'allais pas non plus raconter ma vie à un élève de surcroît.

« Et si jamais vous avez fini avant la fin de la semaine, je vous donnerai quelque chose d'autre à faire. »


Pendant qu'il s'attelait à la tâche, je retournai derrière mon bureau. Ce n'était pas en ne faisant rien que ma pile de copies allait descendre. Bon. Qui était le prochain élève ? Oh, un élève de Gryffondor. Et évidemment, il était de ceux qui n'aimait pas l'Histoire de la Magie. Après tout, c'était le premier devoir de cette matière. Et dans mes souvenirs, le professeur Binns n'aimait pas parler d'autre-chose que la création de leur monde, les révoltes des gobelins et les guerres de géant. Tout cela dans une voix lente et monotone. Ça ne m'étonnait même pas que les élèves trouvent cette matière ennuyante. Et pendant que j'attribue un Acceptable, je jetai un coup d’œil à Nashoba qui se débrouillait pour l'instant pas mal du tout.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Dim 1 Mai - 21:23

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Debout devant le bureau du professeur Hastings, je demande si Kalis est lui aussi puni pour s'être battu en duel et je souris intérieurement en me disant qu'il n'a pas autant de chance que moi : lui serait puni par Rogue et moi je suis une puni par une belle femme qui s'avère être ma directrice de maison. J'inspire calmement et expire silencieusement de satisfaction. Madame Hastings fait apparaître derrière moi une grosse pile de vieux livres poussiéreux après m'avoir annoncé que je vais devoir les nettoyer et les classer par ordre alphabétique et par thème, rien de bien méchant mais long à effectuer. Je hoche la tête et demande de quelle manière je vais devoir exécuter ma tâche.

- Faites comme vous le sentez, O'Malley. Vous pouvez utiliser votre magie si cela vous semble nécessaire, dit-elle après s'être élégamment assise, avec un sourire aux lèvres, sur un coin de bureau, Veillez juste à ne pas abîmer les ouvrages, ils sont très précieux pour l'établissement.

Il va de soi que je dois prendre grand soin des livres. Les livres d'histoire sont des vestiges du passé de tous les sorciers du monde et ce serait un sacrilège, comme détruire un arbre millénaire, que d'abîmer un ouvrage. Et je me ferais descendre si jamais un des livres de Batilda Tourdesac, Théophile Abbot ou encore des autres historiens de la magie des siècles derniers. Je quitte ma robe de sorcier et prends ma baguette puis visant un espace à côté des livres, j'effectue un petit mouvement et presque instantanément le matériel nécessaire pour nettoyer les livres apparaît. Un petit air satisfait se colle à mon visage et mon sourire s’agrandit lorsqu'elle me dit que si je finis plus tôt que prévu elle me donnera un autre travail à faire.

- Oui m'dame, dis-je avant de m'asseoir sur la chaise devant la table.

Je pose ma baguette, prends un chiffon doux et un premier livre plutôt bien conservé. Je retire d'abord la couche de poussière avant d'ouvrir le pot de cire, je trempe une petite surface de mon chiffon dans le produit puis je le chiffon sur la couverture. Une fois le livre propre, je le mets de côté pour le laisser sécher. Le second livre est dans un état lamentable donc je prends ma baguette et utilise un Reparo à plusieurs endroit de la reliure et de la couverture. Je feuillette rapidement les pages à la recherche de tâches ou de moisissures, que je m'empresse d'enlever puis je passe au prochain livre. Au bout d'un moment je lève la tête vers le professeur Hastings et demande poliment, histoire de faire la conversation parce que la soirée va être longue :

- Si ce n'est pas indiscret, que faisiez-vous avant de devenir professeur à Poudlard, madame ?

C'est vrai que la curiosité est un vilain défaut, mais j'aime connaître les gens que je fréquente même s'il s'avère que c'est un professeur. Et là, j'aimerais bien savoir quelques petites choses de la vie du professeur Hastings. Le professeur Dalverny à son premier cours à été loquace sur sa vie privée alors elle m'a donné envie connaître ces nouveaux professeurs, et surtout le professeur Hastings.
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Dim 1 Mai - 23:15


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Bizarrement, depuis que le jeune Poufsouffle était rentré dans ma salle, une ambiance étrange régnait. Je n'aurais su dire quoi. C'était inexplicable. Une chose que je n'arrivais pas à saisir mais qui semblait être connu de mon élève. J'avais une semaine pour le découvrir. Et puis de toute façon, il allait être assez occupé pour que je l'observe un petit peu. Ainsi, il s'attela à sa tâche et alors que j'attribuais un Acceptable à un troisième année de Gryffondor, je pus voir du coin de l’œil qu'il utilisait sa magie afin de faire apparaître les outils dont il avait besoin. Malin, le blaireau. Comme quoi, les Poufsouffle savaient aussi réfléchir comme n'importe quel élève d'une autre Maison.

Et lorsque je lui dis que s'il parvient à effectuer sa tâche avant la fin de la semaine, je lui en donnerai une autre, il semblait être plutôt satisfait. Ou bien ma vie me jouait des tours. Je pris alors une autre copie quand vint la question fatidique.

« Si ce n'est pas indiscret, que faisiez-vous avant de devenir professeur à Poudlard, madame ? »

Je stoppai mon geste et ma main se retrouva à quelques centimètres de la table. Pendant un cours moment, des images défilèrent devant moi. Celles de toute une vie. Mais celles aussi d'une longue et douloureuse période. Mais je voulais me la jouer naturelle, et c'est donc avec un grand calme contrôlé que je lui répondis.

« Je suis sortie de Poudlard avec un Optimal à mes ASPICS. J'ai pris alors une année sabbatique pour visiter de grands lieux historiques et j'ai rencontré beaucoup de personnes qui avaient énormément de choses à raconter. C'était une année très intéressante. »

Et hop! un petit Effort Exceptionnel à un Serpentard. Celui-là avait voulu réussir, cela se sentait.

« Ensuite, j'ai repris mes études et intégré une grande école d'Histoire située au Sud de l'Angleterre. La meilleure de tout le pays. La sélection est très serrée, j'ai dû beaucoup me battre pour avoir une place. »

Je m'arrêtai instant. Une élève de Serpentard avait fait une erreur monumentale. En troisième année, elle ne savait toujours pas quel était le fantôme de Serdaigle ! Alors qu'on apprenait ça normalement en deuxième année ! Ahlala, il fallait que je revoie tout ça...

« Hum, excusez-moi,
repris-je en soupirant. À peine sortie de cette école avec de bons résultats, j'ai appris que le professeur Binns donnait sa démission. J'ai aussitôt candidaté pour le poste. Et Severus, me connaissant déjà en temps qu'élève, m'a prise sans l'ombre d'un doute. »

Bien entendu, je n'avais pas parlé de ma vie plus personnelle, celle qui concernait Oliver et mes parents. Je n'en avais pas le droit, de toute manière. Et puis, O'Malley n'était qu'un élève. C'est pourquoi je lui souris en levant ma tête dans sa direction.

« Un parcours tout-à-fait classique, en somme. »

Puis, je me penchai au-dessus de la copie de cette jeune Serpentard en y mettant un Désolant et enchaînai

« Et vous, O'Malley ? Vous passez vos ASPICS l'an prochain, si je ne me trompe pas. Que comptez-vous faire par la suite ? »


À vrai dire, étant nouvelle en temps que professeur dans l'établissement, et la rentrée n'étant pas si loin que ça, je ne connaissais pas bien les élèves qui constituaient les classes. Mais d'ici les années, j'aurai l'occasion d'en savoir plus sur eux quant à leurs projets d'avenir.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Lun 2 Mai - 8:11

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings J'aime l'odeur l'odeur des vieux livres autant que l'odeur dont l'air est chargé quand il pleut à Dublin, pour moi ça à quelque chose de rassurant. Après quelques livres de nettoyé je relève la tête vers mon professeur, occupée à corriger des copies, et je lui demande poliment ce qu'elle faisait avant de postuler pour un poste à Poudlard. Elle arrête tout de suite se qu'elle fait, sa main se retrouvant immobile quelques centimètres au-dessus de la feuille, et à ce moment-là je me demande si ma question a été indiscrète.

- Je suis sortie de Poudlard avec un Optimal à mes ASPICS. J'ai pris alors une année sabbatique pour visiter de grands lieux historiques et j'ai rencontré beaucoup de personnes qui avaient énormément de choses à raconter. C'était une année très intéressante. dit-elle en reprenant la correction de ses copies, Veillez juste à ne pas abîmer les ouvrages, ils sont très précieux pour l'établissement. Ensuite, j'ai repris mes études et intégré une grande école d'Histoire située au Sud de l'Angleterre. La meilleure de tout le pays. La sélection est très serrée, j'ai dû beaucoup me battre pour avoir une place.

J'écoute attentivement la moindre de ses paroles, attentivement parce que j'ai posé une question mais aussi parce le timbre de sa voix peut rendre n'importe quel sujet intéressant ... pas comme le professeur Binns. Je cire un peu la couverture d'un cinquième livre mais je m'arrête quand elle s'arrête de parler. Je la regarde à nouveau et constate qu'elle à légèrement les yeux écarquillés : qu'elle perle vient-elle de livre ?

- Quoi ? Qu'est-ce qui a été écrit comme bêtise ? demandais-je rapidement, près à rire de l'ignorance d'un élève surement plus jeune que moi.

Madame Hastings s'excuse en soupirant, pour s'être interrompue. Je hausse les épaules, c'est pas un problème et elle reprendre son récit.

- À peine sortie de cette école avec de bons résultats, j'ai appris que le professeur Binns donnait sa démission. J'ai aussitôt candidaté pour le poste. Et Severus, me connaissant déjà en temps qu'élève, m'a prise sans l'ombre d'un doute, déclare-t-elle avant de lever la tête vers moi et de me sourire, Un parcours tout-à-fait classique, en somme.

Oui, un parcours classique si on met de côté le fait que Dumbledore a été tué par -j'en suis sur- le directeur actuel. Je me remets à nettoyer les livres quand je perçois vaguement un mouvement devant moi. Je lève les yeux vers le bureau du professeur Hastings et je constate qu'elle s'est penchée au-dessus de ses papiers pour se rapprocher mais alors un tout petit peu de moi. Elle me demande alors ce que je compte faire après mes ASPIC. Je souris et abandonne pour quelques instants ma tâche.

- C'est exact, je passe les ASPIC l'an prochain. Concernant ce que je voudrais faire après Poudlard, j'ai deux métiers en tête. L'un ça m'a toujours intéressé parce que y'a de l'action, on fait respecter la loi magiques, donc j'aimerais bien devenir Auror, expliquais-je calmement avec toujours un petit sourire collé aux lèvres, Ensuite depuis quelques années, grâce à ma mère qui m'a emmené en Roumanie, j'ai l'envie et la motivation d'être Dragonologiste !

Ca ne me dérange pas de devoir lui expliquer mon projet d'avenir, alors que ça aurait dû parce que je l'avais déjà dit au professeur Chourave à la distribution des emplois du temps quand il fallait donner les matières que l'on suivrait pour les ASPIC, mais le professeur Hastings est "nouvelle" et gentille donc autant l'être aussi.

- Qu'est-ce que vous me conseillez ?

Je sais que ma mère va s'inquiéter dans tous les cas, même si je sais qu'elle approuvera ma décision. Elle qui est très protectrice avec moi et qui a tendance a être trop conciliante sur certains sujets, elle va voir son fils unique partir de la maison. D'ailleurs il va falloir que je lui envoie un hiboux pour lui donner des nouvelle et lui demander des nouvelles e l'extérieur, des nouvelles qui seront vraies pas fausses ou aiguillées comme dans la Gazette du Sorcier. Je soupire légèrement avant de prendre un nouveau livre et de le nettoyer. Encore un livre bien abîmé que j'entreprends de réparer à l'aide d'un sortilège.
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Lun 2 Mai - 17:50


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


On le disait toujours, la réussite d'un élève dépendait en grande partie du professeur. Si ce dernier n'était pas apte à transmettre ses connaissances, ou alors le faisait d'une façon que les élèves n'accrochaient, ils risquaient d'être en échec. Ou bien il fallait être très motivé. C'était ça qui m'avait permis de continuer dans la voie de l'Histoire malgré la mollesse du professeur Binns. La passion. Mais apparemment, cette motivation n'était pas chez tout le monde, et les élèves en récupéraient les séquelles. C'est pourquoi, alors que je répondais à la question du blaireau, quand je vis qu'une élève de troisième année ne savait pas quel était le fantôme de Serdaigle que je me dis à quel point ils allaient souffrir pour remonter la pente. Mais je me rendis compte que je m'étais arrêtée dans mon discours seulement quand O'Malley me posa la question de ce qu'il y avait d'écrit.

« Oh, rien de bien méchant, mais à cette année-là l'erreur n'est plus pardonnable. L'élève ne savait pas quel était le fantôme de Serdaigle, je trouve ça hallucinant. Une troisième année, tout de même, »
ajoutai-je dans ma barbe.  

Puis je continuai sur mes études et de comment j'étais arrivée à postuler pour le poste de professeure d'Histoire de la Magie. Mon élève m'écoutait attentivement. Il n'était pas de ma Maison pour rien. Et puis, j'avais toujours eu cette capacité à suspendre les gens à mes lèvres. Une qualité primordiale, dans le professorat. Lorsque j'eus fini, je lui posai alors la question de ce qu'il voulait faire plus tard. En temps que professeure, il était dans mon devoir de m'intéresser au futur de mes élèves. Pour certains collègues, ce contact n'était même pas envisageable, mais je pensais qu'il était important.

« C'est exact, je passe les ASPIC l'an prochain. Concernant ce que je voudrais faire après Poudlard, j'ai deux métiers en tête. L'un ça m'a toujours intéressé parce que y'a de l'action, on fait respecter la loi magiques, donc j'aimerais bien devenir Auror. Ensuite depuis quelques années, grâce à ma mère qui m'a emmené en Roumanie, j'ai l'envie et la motivation d'être Dragonologiste ! »


Je levai alors ma tête au mot "Auror" et le fixai jusqu'à ce qu'il ait fini son explication. Je me rappelai alors quand Oliver rentrait de ses missions et qu'il m'annonçait, rayonnant de joie, qu'ils avaient fini par capturer un Mangemort qu'ils poursuivaient depuis longtemps et qu'ils avaient enfermé à Azkaban. Je revoyais encore son être émanant de passion pour le métier qu'il faisait. Sans m'en rendre compte, mes yeux brillaient d'une nostalgie et d'une certaine tristesse qui me faisaient vivre des moments de mon passé. Je raffermis mon attention sur le sixième année, et me rendis compte qu'il m'avait posée une question.

« Quand j'étais plus jeune, j'étais moi aussi tentée par le métier d'Auror. Protéger les personnes et faire respecter la loi magique... Il n'y a rien de plus beau, n'est-ce pas ? Vous avez sûrement dû entendre parler d'une Auror sortie également de Poufsouffle : Nymphadora Tonks. Elle est encore jeune mais est prédestinée à faire une grande et longue carrière. Dans un métier comme celui-là, il faut de la passion mais aussi être énergique. Si vous vous lancez là-dedans et que vous êtes vraiment passionnée, vous prendrez beaucoup de plaisir à faire ce métier. »

Je lui souris, en pensant de nouveau à Oliver. Parler de ce métier était comme parler un peu de lui. O'Malley ne s'en doutait même pas, mais cela me faisait du bien.

« Ensuite, je connais un jeune homme, qui lui sortait de Gryffondor, passionné de dragons, qui travaille à présent avec eux. Tout comme le métier d'Auror, il faut être animé d'une passion pour ce métier, car il est très dangereux. Surtout que ces animaux sont imprévisibles et ne préviennent pas quand ils attaquent. »

Et cet élève n'était autre que Charlie Weasley, à l'époque en quatrième année quand je passais mes ASPICS. Un garçon tout-à-fait charmant.

« J'espère que j'ai pu vous aiguiller un peu, »
fis-je avec un petit sourire.

Je pris alors la copie suivante et, tandis que je notai le prénom dans un coin de ma tête, je rajoutai sans le regarder.

« Mais si vous voulez être Auror, n'oubliez pas une chose. Nous sommes en ce moment dans une période tendue. Voire, de guerre. Et il va falloir se battre. Je suis donc persuadée que le Ministère va chercher par tous les moyens de recruter une armée compétente pour combattre celle de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Dont les Aurors. »

Je me rendis compte alors de mes propres paroles et levai les yeux vers lui.

« Je ne veux pas vous faire peur, O'Malley. Je vous dis juste la vérité. Assurdiato ! »

J'avais lancé ce sortilège au cas où nous étions espionnés. Ici, on ne savait jamais, et les murs avaient des oreilles. Le blaireau me regardait sans comprendre. Je lui rendis mon regard, mais avec plus de sérieux cette fois-ci et lourd de sous-entendus.

« Et nous savons, vous comme moi, que cette bataille commence ici, dans l'enceinte-même de Poudlard. »


Ces paroles, je les pensais réellement. Elles n'étaient pas jetées à la volée. Severus était, certes, à présent mon collègue et mon Directeur, mais ce n'était pas pour autant qu'il m'inspirait confiance. Car j'étais persuadée qu'il était en lien avec la mort de Dumbledore...

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mar 3 Mai - 0:01

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings La curiosité est considérée comme une tare chez les sorciers, comme chez les Moldus. Pourtant dans ma famille, on m'a toujours poussé à être curieux. Ma mère, surtout elle, a éveillé chez moi dès le plus jeune âge une envie de découvrir les choses par moi-même et c'est ce que je fais avec le professeur Hastings pendant ma retenue. Ça commence d'ailleurs en m’intéressant à ce qu'elle est en train de faire : corriger des copies mais aussi sa vie avant Poudlard. Je vois bien que quelque chose dans une copie à choqué son côté professeur alors j'en profite pour savoir. La réponse de la jeune femme me fais sourire. C'est une vraie perle, cette erreur.

- Dans ce cas, évitons que Rowena Serdaigle entende cette bourde parce qu'elle serait probablement tentée d'aller voir l'élève en question et lui faire des remontrances ! dis-je avec un petit rire sur la fin de ma phrase.

Parfois je me demande comment était la vie des fondateurs de Poudlard. Madame Hastings reprend la parole pour continuer à me donner des informations sur elle, qui restent tout de même neutre car il s'agit d'une discussion de professeur à élève. Je ne pers pas un seul mot de ce qu'elle me dis, tandis que je nettoies et répare quelques livres. Elle s'adresse ensuite à moi en me demandant ce que j'aimerais faire après l'obtention des ASPIC et je m'empresse de lui répondre. J'arrête ma tâche tandis qu'elle se remet à lire une copie mais elle se stoppe net et redresse la tête pour me regarder lorsque je prononce le mot Auror.

Il me semble discerner dans ses yeux, l'espace d'un instant, une certaine émotion qu'il m'est arrivé une fois de voir chez ma mère : du regret mêlé à de la tristesse. Sentiment vu une seule fois chez ma mère que j'ai par la suite entreprit de faire disparaître pour ne plus le revoir chez elle. Et le voir chez le professeur Hastings me fais un petit quelque chose, j'ai envie de lui prendre la main ou ne serait-ce que lui caresser l'épaule pour essayer de la remettre d’aplomb. Pour me reprendre et pour la ramener à la réalité je lui demande ce qu'elle pense de mon projet d'avenir, ce qu'elle me conseille de faire. Elle commence par me parler de mon hésitation avec le métier d'Auror, mot qui à l'air de la mettre dans un certain état, et elle en vient à me parler de Nymphadora Tonks. Je hoche la tête quand elle dit que j'en ai surement déjà entendu parler : quiconque lisant la Gazette du Sorcier et ayant un parent qui travaille au Ministère sait que Nymphadora Tonks est la dernière personne à être devenue Auror et qu'elle est la plus jeune. Le professeur Hastings me sourit à nouveau, sourire encore sincère et qui lui va à ravir, et elle se met à parler du métier de Dragonologiste ainsi que d'un ancien Gryffondor qui s'occupait de dragons. Charlie Weasley. Fred et George m'en ont parlé, il était venu avec des collègues pour amener les dragons pour la première tâche du Tournoi des Trois Sorciers. Elle termine sa tirade en disant qu'elle espère m'avoir un peu aidé et elle m'adresse un petit sourire pour souligner ses propos.

- Merci madame, répondis-je avant de me remettre un peu à mon cirage de couverture de livres. La jolie professeure se remet à son travail elle aussi, de ce que j'entends car des bruits de feuilles sont perceptibles. Au bout de quelques instants, sa voix de soprano résonne à nouveau : un son doux dans mes oreilles. Ce que mon cerveau décrypte me fais stopper en plein mouvement. Le Ministère pourrait recruter du monde pour combattre Vous-savez-qui ? Je redresse la tête vers mon professeur, un peu perdu dans ses propos, quand elle sort sa baguette et lance un sortilège pour que notre discussion soit privée. Je me doute bien qu'avec la mort de Dumbledore, l'attaque de MacGonagall et la prise du pouvoir par Rogue, le Ministère doit vouloir réagir mais la Gazette du Sorcier tient toujours le même discours, tendant à traiter à Harry de déséquilibré. Madame Hastings me regarde avec sérieux et je reste un instant à réfléchir sur ses paroles.

- Et nous savons, vous comme moi, que cette bataille commence ici, dans l'enceinte-même de Poudlard.

Là, mon incompréhension se transforme en stupeur. Vient-elle de dire qu'il y a une bataille à jouer au sein même de Poudlard ? Qu'elle n'est pas tout à fait du côté de Rogue ? Du moins, c'est ce que je comprends à travers ses mots.

- Seriez-vous en train de dire que des ennemis se trouvent à Poudlard ? demandais-je.

Pour moi, il s'agit plus ou moins d'une évidence et c'est pour ça que je pose la question, pour me conforter dans mon idée et pour affirmer la priser de position de mon professeur. J'étais dans la Grande Salle quand cette cinglée de Belatrix Lestrange, qui devait se trouver à Azkaban, et le père de Malfoy sont arrivés et qu'ils ont emmené Dumbledore. Mais je n'étais pas là lorsqu'ils sont revenus et ont prit Poudlard, que Rogue est devenu le directeur à la place de MacGonagall et que l'école à changé.

- Pourquoi vous me dites ça ?


© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mer 4 Mai - 23:21


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Je souris à la remarque du blaireau concernant la boulette de la copie que je venais de corriger. Il était clair que si la Dame Grise venait à l'entendre, elle ne serait pas vraiment flatté d'entendre qu'on ne se souvenait même plus de son nom. Et si ce n'était que ça... Les fantômes et les Fondateurs de Poudlard était la base de toute culture sorcier ou sorcière. Il était primordial que la jeunesse retienne bien cela. Si l'Histoire de la Magie pouvait être négligée par certains élèves, ce genre de connaissances ne pouvait l'être en aucun cas. Et lorsqu'elles l'étaient, cela en devenait ridicule et pour ma part, en tant que professeure, légèrement inquiétant.  

Par la suite, après avoir raconté en résumé mes études avant Poudlard, je le questionnai donc à propos de son avenir. Savoir ce que les élèves avaient prévu de faire après leur septième année à Poudlard était très important pour moi. Cela me permettait de les conseiller et de leur dire quelles matières remonter pour atteindre leur but. J'appris alors qu'on comptait devenir Auror ou Dragonologiste. Or, ces deux métiers ne m'étaient pas inconnus. Enfin, je pouvais plus donner mon avis sur le premier que sur le deuxième, mais j'en savais tout de même un minimum. Pour le métier d'Auror, mon regretté Oliver avait fait partie de cette élite dont les membres étaient choisis au peigne fin. Métier difficile et dangereux, je décris donc les implications et obligations qu'il fallait avoir pour réussir là-dedans : motivation, courage et surtout, passion. Si O'Malley voulait en faire partie, il allait devoir avoir un mental de fer et ne pas céder à la pression.

Pour le métier de Dragonologiste, aucun de mes proches n'avait fait ce métier, mais j'avais connu un jeune homme de Gryffondor, un Weasley plus précisément, nommé Charlie, qui travaillait avec les dragons. Il les soignait, les dressait, tout ce qui incubait cette tâche de Dragonologiste. Là encore, je prévins mon élève. Tout comme le métier d'Auror, travailler avec ces bêtes n'était pas sans danger. Les dragons étaient imprévisibles et restaient avant tout un animal sauvage. Et aucun sorcier ne pouvait leur enlever ça de leurs gènes. Il était dans leur nature d'être fiers et agressifs. Certains se laissaient juste plus faire que d'autres. J'avais déjà vu de grands Dragonologistes qui avaient été couverts de brûlures ou pire, qui avaient perdu un de leurs membres, arrachés par un dragon. Dans ce genre métier, la prise de risque demandait toujours quelque chose en échange. En général, la vie de famille était très difficile dans ces conditions-là.

Le jeune jaune et noir semble assez satisfait de mes explications. Tant mieux. Si j'avais pu l'aider dans son orientation, j'étais plutôt contente. Mais malgré tout, il fallait que je le prévienne. Jeune ou non, Poufsouffle et donc élève de ma Maison ou pas, il fallait que je le prévienne du danger imminent qui arrivait. Et pas seulement à l'extérieur de Poudlard. En effet, je sentais en ce jeune homme quelque chose que je n'arrivais pas à expliquer et qui me laissait perplexe. Comme si j'étais persuadée qu'il allait jouer un rôle dans cette guerre. Et si c'était le cas, il fallait que je le prépare. Severus ou non. C'est pourquoi, après avoir lancé l'Assurdiato, je lui dis que le Ministère risquait d'engager toutes les personnes compétentes, y compris les Aurors, afin de se préparer pour une guerre contre Voldemort. Et que cette guerre commençait ici, dans l'enceinte-même de Poudlard.

« Seriez-vous en train de dire que des ennemis se trouvent à Poudlard ? »

J'esquissai une moue, soudainement hésitante. Devais-je vraiment tout lui dire sur ce qu'il se tramait ici ? Je ne savais pas réellement. J'avais peur de confier quelque chose à un élève alors qu'il ne le fallait pas. Si Severus le découvrait, je serais morte. Et dans le sens propre. Peut-être à coups de Doloris.

« Pourquoi vous me dites ça ? »

Alors que j'allais répondre, mes yeux zyeutèrent soudainement vers l'horloge qu'il y avait sur le mur. Par la barbe de Merlin, il était presque minuit ! Il fallait qu'O'Malley retourne dans sa Salle Commune tout de suite. Après tout, il allait revenir chaque soir durant une semaine. Nous aurions le temps de discuter d'ici là.

« Finite Incantatem ! »


Et hop, le sortilège était levé. Je me tournai à nouveau vers mon élève et vers la pile de livres qu'il avait nettoyé. Pile qui était assez haute, tout de même.

« Il se fait tard. Vous devriez aller retourner dans votre Salle Commune. Vous avez très bien travaillé. »

Un coup de baguette, et la porte s'ouvrit.

« Demain, même heure. Nous en reparlerons. »

J'attendis qu'il soit parti. Je savais qu'après ce que je venais de lui dire, sa nuit allait être tourmentée. Mais il le fallait. Une espèce d'intuition féminine. Durant la soirée, je réfléchis aussi à ce que j'allais bien pouvoir lui dire le jour d'après...

~oOo~

Le lendemain, après une journée de cours bien remplie, je l'attendis de pied ferme dans mon bureau, à corriger encore et toujours ma pile de troisième année. C'était sa semaine, après tout. Et j'avais longuement imaginé sur ce qui allait se passer. Et évidemment, je n'allais pas vous l'annoncer tout de suite, il fallait que ce soit une surprise tout de même... *Toc, toc, toc* Je levai la tête et dit avec bonne humeur :

« Entrez, c'est ouvert ! »

La porte s'ouvrit alors sur un Pouffy qui semblait assez anxieux et envieux de poser beaucoup de questions. Et c'est d'ailleurs en fermant la porte derrière lui qu'il en posa une.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Jeu 5 Mai - 0:03

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Ces premières heures de retenue de la semaine se sont révélées plus intéréssantes que je le pensais. Qui pourrait croire qu'au bout d'à peine une heure on puisse connaître un certain nombre de détails sur un professeur, miss Dalverny exclue ? Je dois dire que le résumé du professeur Dalverny sur sa vie entre ses ASPIC et son retour en tant que professeur, me laisse un peu sur ma faim. J'ai envie d'en savoir mais comme le disent les Moldus : La patience est la mère des vertus et la patience ça me connait.

Le travail que ma confié madame Hastings est effectué efficacement, comme à chaque fois que je fais quelque chose, et la travail de classement va probablement se faire demain ou après-demain. Ma discussion avec mon professeur dérive sur un sujet à la fois étrange et intéressant à aborder : ce qu'il se passe hors et à Poudlard. Ce n'est pas tant parler de guerre qui me surprends mais que ce soit plutôt elle, la jeune professeure, qui aborde en premier le sujet. Si ça avait été l'inverse, un professeur "normal" aurait tout de suite demandé à ce que je pense à mes études plutôt qu'à des complots. Là c'est Elle qui le dit, et bizarrement je ne trouve rien à dire dessus alors que je sais que quelque chose de mauvais se prépare. Je lui demande alors si elle est en train de dire que des ennemis se trouvent dans l'école et pourquoi elle me dit ça à moi, ce serait plutôt à Harry qu'il faudrait dire ça pour lui montrer que des gens les croient. Malheureusement pour moi, je n'obtiendrais pas la réponse ce soir.

Les yeux de madame Hastings quittent mon regard pour se poser sur l'horloge sur le mur en face de la bibliothèque. Mes yeux suivent le mouvement. Mince il on est passé d'aujourd'hui à demain. Le temps est passé trop vite. Elle sort une fois de plus sa baguette et cette fois elle brise le sortilège d'Assurdiato.

- Il se fait tard. Vous devriez aller retourner dans votre Salle Commune. Vous avez très bien travaillé. Demain, même heure. Nous en reparlerons.

Un sentiment de déception commence à pointer le bout de son nez, mine de rien la conversation se révélait intéressante ... mais il est plus prudent d'en reparler demain, après tout nous avons toute la semaine pour en discuter. Je lâche un léger soupir, je me lève en prenant mes affaires et la regarde intensément dans les yeux.

- Bonne nuit, madame, dis-je avant de faire volte-face et de quitter la salle d'Histoire de la magie. Sur le chemin du cours je me mets à trottiner tout en priant pour pas me faire attraper par Rusard ou Ombrage. Une fois arrivé dans l'endroit sûr qu'est la salle commune de Poufsouffle je file discrètement dans le dortoir que se partagent les garçons de sixième année, je me déshabille le plus silencieusement et rapidement possible et je me glisse dans pour lit avant de sombrer dans le sommeil au bout de plusieurs minutes à repenser au professeur Hastings et enfin à notre discussion.

[Le lendemain]

Je me suis réveillé fatigué et toujours à penser à ma soirée avec le professeur Hastings. Quelque chose me turlupine. Pourquoi m'a-t-elle dit ça ? A quoi bon ? Y a-t-il un avantage à en tirer ? Je dois dire que j'y ai pensé toute la journée, en cherchant toutes les réponses possibles à ma connaissance mais je suis certain d'un chose : c'est que c'est Elle qui me donnera la bonne réponse. Quand le glas qui annonce la fin des cours pour la journée, je me précipite dans la Grande Salle pour manger. Ce soir, je dois en savoir plus.

Je me présente devant la porte de la salle du professeur Hastings et je toque, à l'heure. J'entends sa voix m'autoriser à entrer et j'ouvre la porte. Je pénètre dans la salle, dans un certain état d'anxiété et d'envie que j'essaye par tous les moyens de cacher mais je crois que je n'y arrive pas pour les yeux parce que je crois qu'elle s'attend à ce que je pose des questions... J'ai envie de savoir mais je ne dois pas commencer maintenant à rentrer dans le vif du sujet.

- Un petit biscuit, madame ? demandais-je poliment en sortant de mon sac un boîte à gâteaux contenant les fameux biscuit de Varys : vanille et chocolat. Je m'approche du bureau de la jolie blonde et tends la boîte à gâteaux, que j'entreprends d'ouvrir pour elle.


© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Jeu 5 Mai - 15:06


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Dès que la guerre avait commencé, j'avais tout de suite pris une position. Toujours contre les idéologies de mes parents, être contre les Forces du Mal avait été une évidence. Et encore plus à la mort d'Oliver. Beaucoup de sang-purs classaient encore les populations de sorciers en races de sang, ce qui n'était nullement justifié. Elle ne jouait en rien dans la puissance de la magie. Tout ce qui comptait était la détermination et la passion. Si on avait ces deux éléments, tout nous était possible. Alors pour moi, le choix avait été vite fait.

Le jaune et noir s'avança jusqu'à mon bureau et me présenta une boîte de gâteaux qu'il s'empressa d'ouvrir en me demandant si j'en voulais un. Je jetai un coup d’œil à la boîte en question. Oh, vanille et chocolat ! Mes préférés. Malgré ma taille de guêpe, je ne pus m'empêcher d'en prendre un en le remerciant avec un sourire chaleureux et de le croquer aussitôt. Ils étaient délicieux. La gourmandise fondait dans ma bouche et des petits morceaux de chocolat craquaient sous mes dents. Un pur délice.

Je pris ma baguette et en un sortilège informulé, une autre pile de livres poussiéreux vint se poser délicatement sur la même table que la veille. Certains portaient sur la révolte des gobelins, d'autres sur la découverte des dragons, d'autres encore sur comment certains sortilèges avaient évolués dans l'Histoire des sorciers. Des ouvrages écrits par des auteurs passionnés. Sans un mot, le jeune blaireau commença son travail, et une fois que j'eus fini ce que j'avais dans ma bouche, je pris une copie et un stylo et déclara à mon élève.

« Je suppose que des millions de questions se bousculent dans votre tête. »


Je m'arrêtai un instant et le regardai.

« Je suis ici pour y répondre. Si vous en avez, posez-les et je tâcherai d'y répondre du mieux que je le peux. Je suis certes nouvelle dans l'établissement en tant que professeure, mais je pense savoir ce qu'il se trame en-dehors. »

Je rebaissai alors tête sur la copie. Un élève de ma Maison. Un débrouillard, celui-là. Il posait tout le temps des questions. Pas un instant où il n'avait pas la main levé.

« Puis-je savoir avant quelle note avez-vous eu en DCFM, Sortilège et Métamorphose à vos BUSES ? Je n'ai pas pensé à regarder les bulletins de tous mes élèves, étant donné que je préfère les connaître de moi-même. »


Ces informations étaient très importantes à mes yeux. Cette semaine promettait d'être très intéressante, je le sentais...

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Ven 6 Mai - 16:21

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Me revoilà dans son bureau, pour mon plus grand bonheur. Je suis entré calmement dans la salle d'Histoire de la magie, à l'heure, pour continuer ma semaine de retenue. Ce soir encore le professeur Hastings est habillé avec goût et je ne cesse de regarder, ou plutôt contempler, cette femme qui est mon aîné de plusieurs années. Je me suis avancé jusqu'à son bureau et lui tends la boîte, préalablement ouverte, de biscuits vanille et chocolat. Un petit sourire étend mes lèvres lorsqu'elle prend un biscuit et m'adresse un sourire chaleureux. Je la regarde croquer le biscuit, l'apprécier puis elle sort sa baguette et à l'aide d'un sortilège informulé elle fait apparaître une nouvelle pile de vieux ivres poussiéreux sur la même table qu'hier. Je m'asseois à la table après avoir préalablement quitté ma robe de sorcier et je commence à nettoyer manuellement les livres après avoir fait apparaître le matériel nécessaire. Au bout d'a peine une minute la voix soprano de mon professeur attire mon attention.

- Je suppose que des millions de questions se bousculent dans votre tête, commence-t-elle avant de faire une pause de quelques battements de cœur et elle reprend d'une voix égale tout en me regardant, Je suis ici pour y répondre. Si vous en avez, posez-les et je tâcherai d'y répondre du mieux que je le peux. Je suis certes nouvelle dans l'établissement en tant que professeure, mais je pense savoir ce qu'il se trame en-dehors.

Ah ça pour avoir des questions, j'en ai ! Mais comme on dit tout vient à point à qui sait attendre et Poudlard ne s'est pas fait en un jour.

- Oui, j'en ai des question, dis-je simplement. J'ai la soirée et la semaine pour les lui poser, certaines devant être posées aujourd'hui.

Madame Hastings baisse la tête sur une feuille, surement une nouvelle copie à corriger, et moi je reste quelques secondes à l'observer. Je n'ai encore jamais éprouvé une telle envie d’observer une personne ou encore cette chaleur au creux de mon ventre. Je fronce légèrement les sourcils puis rebaisse les yeux vers mon travail. Je laisse mon esprit vagabonder sur des pensées diverses mais toutes finissent par revenir sur la jeune femme blonde aux yeux bleus. D'ailleurs j'ignore s'il s'agit d'un signe ou non, mais au moment où mon esprit se focalise sur la professeure, elle me pose une question. Question à laquelle elle aurait pu répondre par elle-même mais qui me fais plaisir parce qu'elle m'adresse la parole.

- Optimal. Dans les trois. Pourquoi ? répondis-je sans quitter des yeux mon travail de nettoyage. Sans lui laisser le temps de s'expliquer j'enchaîne sur une autre question. J'ai remarqué hier soir que lorsque j'ai abordé le fait que je voudrais être Auror, que vos yeux ont parlés pour vous. Si ce n'est pas indiscret de ma part, que s'est-il passé pour que vous ayez ce regard ?

Hier j'ai bien remarqué une tristesse dans ses yeux et ne pas savoir m'as travaillé toute la journée. Alors j'espère bien avoir une réponse de sa part et essayer dans la mesure du possible d'améliorer ce regard. Arrêtant momentanément mon travail, je lève la tête vers madame Hastings pour voir sa réaction.
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Dim 8 Mai - 14:52


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Oui, des questions il en avait, j'en étais persuadée. Et cette affirmation-là se confirma lorsque sa réponse fut positive. En même temps, il était normal qu'il en ai. Entendre sa professeure lui dire qu'une bataille, certes discrète et silencieuse, était en train d'avoir lieu dans l'enceinte-même de Poudlard était assez perturbant pour un élève comme lui, qui était désormais dans l'âge de comprendre beaucoup de choses. Ou du moins, je l'espérais. Mais j'avais été un peu trop insouciante. J'aurais dû faire attention à ce que je disais car cela pouvait me retomber dessus. Faire attention à ce que je disais et à qui je le disais. C'était une question de vie ou de mort. Mais O'Malley était différent.

Il y avait en lui une petite chose qui me laissait perplexe. Je ne savais pas dire quoi et je ne pouvais pas la pointer du doigt. Mais une certaine énergie me laissait cette impression. Car je savais qu'il était capable de différencier le Bien du Mal et de voir que Severus Rogue n'était en réalité pas qu'un simple Directeur. Je ne savais pas quoi non plus, mais le Serpentard cachait quelque chose derrière lui, j'en étais sûre. Déjà lorsque j'étais étudiante à Poudlard, ce professeur était étrange. La rentrée n'avait eu lieu seulement quelques semaines auparavant, et je sentais déjà une atmosphère tendue. Ce n'était que le début.

« Optimal. Dans les trois. Pourquoi ? »

Pourquoi ? La réponse était simple. O'Malley ne le savait peut-être pas encore, mais il allait devoir se battre, plus tard. Qu'il le veuille ou non, la guerre était proche. Et il fallait qu'il soit prêt. Seulement, au moment où j'allais répondre, il posa une autre question. Une question que je ne pensais pas qu'il poserait.

« J'ai remarqué hier soir que lorsque j'ai abordé le fait que je voudrais être Auror, que vos yeux ont parlés pour vous. Si ce n'est pas indiscret de ma part, que s'est-il passé pour que vous ayez ce regard ? »

Je m'arrêtai soudainement dans mon geste. Il le savait sûrement, mais parler de ce métier m'avait fait quelque chose. Sa question était plutôt indiscrète, alors je voulais bien accepter le fait qu'il s'inquiétait peut-être de moi et que de ce fait, qu'il cherchait à faire en sorte que j'aille mieux, mais je ne pouvais pas parler d'Oliver à O'Malley. Je devais cacher un maximum ma vie privée aux élèves et de toute façon, ils n'avaient pas à s'en mêler. Je levai alors les yeux dans sa direction et m'aperçus qu'il m'observait depuis quelques instants.

« Je ne peux pas en parler, du fait de mon poste de professeur et vous devez, de toute façon, ne pas me poser ce genre de questions. Ce qui relève de la vie privée me concerne moi et moi seule. »

J'avais parlé un peu froidement, c'est donc pourquoi je le rassurai avec un sourire.

« Sachez juste une chose : la puissance d'un sorcier ne se résume pas à son statut de sang. Le sang n'a rien à voir là-dedans. Que l'on soit sang-pur, sang-mêlé ou né-moldu, nous avons tous les capacités pour être un grand sorcier. Il faut juste être passionné et motivé. Avec ça, on peut arriver à de grandes choses. Certaines personnes ne comprennent pas cela, et je trouve ça dommage. Pour un monde en paix, il faut passer au-dessus de ces castes de sang. Nous ne sommes plus au 17ème siècle où là oui, cela avait de l'importance. En temps de guerre, je pense qu'il faut tous se serrer les coudes au lieu de creuser un fossé toujours plus profond entre nous. »

Par cette tirade, je parlais en même temps d'Oliver et ce pourquoi il était mort. Mes parents n'ayant jamais pu accepter que leur fille soit avec un né-moldu, terme à mon goût trop dévalorisant, l'avaient tué considérant qu'il ne me méritait pas.

« Enfin, pour répondre à votre question concernant vos résultats à vos BUSES, ils sont assez importants. Si vous continuez dans cette voie-là, beaucoup de portes vous seront ouvertes. Notamment celui d'Auror. »


En réalité, j'avais une autre idée en tête, mais je ne savais pas s'il était dans mon devoir de le lui dire. Même si j'avais longuement hésité lors de mes études à faire ce métier, car mes capacités me le permettait, il était encore trop tôt pour décider quoi faire du jeune O'Malley.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Dim 8 Mai - 23:31

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Demander à quelqu'un la raison de sa tristesse est en soit une bonne chose... mais pas vraiment la personne à qui vous le demandez est votre professeur. En posant la question, je ne voulais que de bonnes intentions enfin bonnes en ce qui concerne un jeune homme qui voit une femme triste devant lui. Je serre les mâchoires et continue malgré tout de regarder le professeur Hastings. Elle s'est arrêtée de corriger sa copie. Elle reste quelques secondes, à ne rien faire et ne rien dire ce qui me perturbe un peu, puis elle prend la parole.

- Je ne peux pas en parler, du fait de mon poste de professeur et vous devez, de toute façon, ne pas me poser ce genre de questions. Ce qui relève de la vie privée me concerne moi et moi seule, dit-elle d'une voix qui refroidit complètement mon envie de la connaître plus.

Je déglutis et avant de lui montrer que je suis gêné je m’apprête à baisser les yeux sur les livres et reprendre ma tâche quand j'aperçois un petit sourire se coller aux lèvres à ses lèvres. Donc soit c'est une technique pour me faire taire soit elle ne voulait pas vraiment me parler sur ce ton... et bien j'espère qu'il s'agit de la deuxième raison. Le professeur d'Histoire de la magie continue sur sa lancée et se met à parler d'un sujet plutôt d'actualité : la pureté du sang chez les sorciers. C'est vrai que les Serpentard ont une telle obsession à ce propos que ça en est lassant. Je suis de sang-mêlé parce que ma mère est de 'sang-pur' et mon père un 'sang-mêlé', c'est sur que la pureté du sang ne fait pas tout parce que un enfant né dans une famille de sang-pur peut ne pas avoir de pouvoirs magiques : Rusard en est la preuve vivante, c'est un cracmol.

- Je crois pas que vous trouverez au Royaume-Unis beaucoup de sorciers de "sang-pur" qui vous diront qu'il faut mélanger les sangs. Parce qu'ici ils sont vraiment très puritains comme dirait ma mère, dis-je doucement pour ne pas montrer une quelconque once d'irrespect envers mon professeur.

Je prends quelques instants pour me taire et continuer mon nettoyage de livres. J'en nettoies trois quand j'arrive à la conclusion que le sujet des sang-pur à peut-être un rapport plus ou moins proche avec sa tristesse à l'évocation du mot Auror. Je ferme les yeux une fraction de seconde en soupirant puis je m'arrête à nouveau de travailler et regarde la jolie jeune femme alias mon professeur qui répond à ma question du pourquoi elle voulait connaitre mes résultats dans trois matières précises. Sa réponse ne me convainc pas vraiment. Oui c'est sur et certain qu'avec ces notes je peux accéder à l'emploi d'Auror mais j'ai vaguement l'impression que ce n'était pas la réponse qu'elle avait en tête.

- Tout d'abord je tiens vraiment à m'excuser d'avoir été indiscret, madame ! dis-je avec la plus grande sincérité. Mais je sais que ces notes vont me permettre de faire ce que je veux.

Je prends la boite à gâteaux et prends un biscuit avant d'ensorceler la boite pour la faire voleter jusqu'au bureau de mon professeur. Comme j'ai pas de calumet, ce sera le gâteau de la paix. Enfin en espérant qu'elle m'excuse et qu'elle se confie, même un tout petit peu de rien du tout même si j'ai toute la semaine.
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Lun 9 Mai - 23:52


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Le jeune jaune et noir semblait quelque peu refroidi suite à ma réponse. C'est pourquoi je le rassurai avec un petit sourire. Je ne voulais pas que mes élèves aient peur de moi, bien au contraire. Un minimum de contact avec eux était primordial pour une bonne entente professeur/élève. Et puis, dans ce métier il fallait aimer les jeunes. Les adolescents et leurs mondes. Ne pas les ignorer ou faire comme si l'on s'en foutait. Il fallait s'intéresser à ce qu'ils faisaient, car si cela pouvait nous aider à les orienter, c'était assez utile. Enfin pour ma part, c'était ce que je pensais. Mais je n'étais pas devenue professeure pour cette seule et unique raison.

Suite au décès d'Oliver et à trois années de deuil, un devoir s'était comme imposé à moi : celui de sensibiliser les gens par le biais de cette matière, sur l'égalité des sangs. Faire comprendre aux sorciers dès leur plus jeune âge qu'être sang-pur, sang-mêlé ou né-moldu n'avait aucune importance concernant leur potentiel. Que ces capacités venaient d'eux et d'eux-même. Rien d'autre. Voilà pourquoi je décidai d'en parler à mon élève. Lui, désormais en âge de comprendre, j'estimai que je pouvais lui en parler librement. Car il n'était pas bête.

« Je crois pas que vous trouverez au Royaume-Unis beaucoup de sorciers de "sang-pur" qui vous diront qu'il faut mélanger les sangs. Parce qu'ici ils sont vraiment très puritains comme dirait ma mère. »

Je soupirai. Là était le problème. Les familles de sang-pur enseignaient les traditions des familles de sang-pur aux générations suivantes. Ainsi, les enfants étaient baignés dès leur naissance dans des clichés et des stéréotypes tels que "les meilleurs sorciers sont ceux au sang le plus pur". Mais c'était faux ! Certaines familles ou certaines personnes comprenaient désormais cela, mais ce genre de personnes était encore beaucoup trop nombreuse pour que l'on puisse passer à côté.

« Je le sais bien... Malheureusement pour nous, ces derniers ont la tête dure, et les convaincre ne sera pas tâche facile ! »

Et hop, un petit Optimal pour le blaireau de troisième année. Il avait vraiment bien travaillé. Je jetai un coup d’œil à ma pile. Il ne m'en restait pas beaucoup. Cinq ou six, pas plus. Je pris alors une autre copie en main, lorsque la voix du puni s'éleva dans la salle de classe.

« Tout d'abord je tiens vraiment à m'excuser d'avoir été indiscret, madame ! Mais je sais que ces notes vont me permettre de faire ce que je veux. »


Je levai la tête et vis avec surprise la boîte de gâteaux voleter jusqu'à moi et se poser délicatement sur ma table. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Alors soit il était lèche-cul, ce qui m'aurait étonné d'un élève de ma Maison, soit il était sincère. Et je lis dans ses yeux qu'il l'était. Je soupirai en un sourire avant d'ouvrir la boîte et de prendre un gâteau.

« Je vous pardonne, jeune imprudent. Veillez juste à ne pas reproduire votre erreur, je n'aime pas me répéter. »

Je croquai un morceau et attendit d'avaler avant de continuer. Tout en parlant, je me levai. Malgré mon hésitation d'il y avait quelques instants, ma décision était désormais prise. Je devais le faire.

« J'ai maintenant vos notes pour ces matières-là. Voyons voir à présent vos capacités de duelliste. Expelliarmus ! »

Sous le regard surpris de mon élève, sa baguette s'envola de l'autre côté de la salle. Trop lent. Ne jamais se fier au sourire d'un adversaire. Être toujours toujours à l'affut. En un geste, sa baguette revint vers lui et il la rattrapa maladroitement.

« Alors voici ce que je vous propose, jeune O'Malley. »


Je fis une pause en souriant et en faisant remuer ma baguette.

« Cette année, si vous le voulez bien, je vous formerai à cette guerre qui se prépare. Bien entendu, dans le plus grand des secrets. Aucun élève ne devra apprendre ce qu'il se passe entre vous et moi. Surtout pas le professeur Rogue et Dolores Ombrage, ou ce sera Azkaban pour nous deux. Qu'en dites-vous ? »

Je suspendis mon geste en l'air.

« Mais ne vous faites point d'illusions. Cette semaine est censé être votre semaine de retenue. Qui dit retenue dit rangement ! »


Les livres des étagères vinrent alors se poser sur toutes les tables - ou presque - dans un nuage de poussière. Si O'Malley l'avait compris, il n'avait plus qu'à faire au plus vite afin de passer réellement aux choses sérieuses...

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mar 10 Mai - 13:48

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings J'arrive à m'en vouloir d'avoir été indiscret, pendant quelques instant je regrette d'avoir posé une question trop personnelle mais lorsqu'un petit sourire étire une fois de plus ses lèvre je suis quelque peu rassuré. Elle me parle des sang-pur et de leur manie d'être au-dessus de tout le monde. Je m'en suis tiré de justesse pour obtenir une BUSE en histoire de la magie mais la moitié ou quasi totalité des trucs que je connais c'est grâce à ma mère. Les sorciers de sang-pur se trouvent aussi en Amérique et ce depuis des siècles, même s'il y'a bien sur des sangs-mêlé et des Moldu, mais ils très souvent été bien vu lorsqu'il étaient issus et vivaient au sein d'une tribu amérindienne. Malheureusement avec la colonisation c'est devenu un territoire plutôt barbare avec les sorciers.

- Vous auriez peut-être plus de chance en Amérique mais ce serait probablement le MACUSA le puritain, ajoutais-je à sa remarque que changer les mentalité serait difficile. Au Royaume-Uni ce sont les sang-pur qui font les difficiles, en Amérique c'est le gouvernement qui se méfie.

Le professeur Hastings se remet à corriger ses copie et moi je continue à nettoyer les livres poussiéreux, en silence. Après quelques instants de silence je prends la parole pour m'excuser de mon indiscrétion et pour lui dire que je sais très bien que de bonnes notes m'ouvriront toutes les portes. Je m'arrête pour prendre ma baguette et faire léviter la boite à gâteaux jusqu'au bureau de mon professeur. Elle a relevé la tête, surprise que je lui présente des excuse et m'examine du regard comme pour déterminer si je mens ou pas. Je décide de ne pas relever parce que ça me blesserais dans mon orgueil qu'elle pense ne serait-ce qu'une seconde que je puisse lui mentir. Quand elle m'a suffisamment regardé elle soupire tout en me souriant et prend un gâteau. J'inspire de soulagement lorsqu'elle me dit qu'elle me pardonne, mais que je devrais faire attention à ne pas recommencer.

Elle croque un morceau de gâteau puis elle lève tout en terminant sa bouchée. Ce qu'elle me dit ensuite me surprend : faire un duel avec elle ?! Je la regarde avec des yeux surpris lorsqu'elle me désarme et que ma baguette s'envole à l'autre bout de la pièce. Je veux bien avoir gagné quelques réflexes grâce au Quidditch mais là je n'y attendais pas du tout. Cependant madame Hastings fait vite revenir ma baguette vers moi, que j'attrape au vol, et mon attention est piquée lorsqu'elle m'annonce vouloir me proposer quelque chose. Je fronce légèrement les sourcils et attends qu'elle continue.

- Cette année, si vous le voulez bien, je vous formerai à cette guerre qui se prépare. Bien entendu, dans le plus grand des secrets. Aucun élève ne devra apprendre ce qu'il se passe entre vous et moi. Surtout pas le professeur Rogue et Dolores Ombrage, ou ce sera Azkaban pour nous deux. Qu'en dites-vous ? dit-elle après une courte pause. Mais ne vous faites point d'illusions. Cette semaine est censé être votre semaine de retenue. Qui dit retenue dit rangement !

Je suis bouche-bée. Est-elle vraiment en train de me proposer de me former à la guerre qui se prépare ?!

- Je ... euh oui je suis ... d'accord, répondis-je, complètement déstabilisé par sa réponse.

D'ordinaire j'arrive à maîtriser les émotions que je montre sur mon visage mais je ois bien avouer que c'est difficile avec elle. La jolie professeure effectue un nouveau geste de baguette et les livres présents sur les étagères viennent les poser sur les tables de la salle de cours. A présent e n'est plus une tâche à effectuer comme un Moldu, il faut montrer toute l'étendue de mes talents en matière de sortilèges et d'enchantements. Il sortilège que j'ai lu récemment pourrait faire l'affaire. Je pointe ma baguette sur le produit nettoyant que j'ai utilisé puis je dis :

- Gemino !

Un petit éclair de lumière jaillit de la pointe de ma baguette et touche le contenant du produit qui se dédouble instantanément avec son contenu. Je renouvelle l'opération jusqu'à ce qu'il y ait assez de produit pour toutes les tables puis je fais déplacer les flacons jusqu'à ce qu'il y en ait un par table. Je lance un petit regard au professeur Hastings puis j'ensorcelle les différents éléments pour qu'ils nettoient les couvertures des vieux livres poussiéreux. Je passe ensuite entre les tables pour réparer à l'aide d'un sortilège, les livres en mauvais état puis je prends tous les livres déjà nettoyer que je vais déposer sur un coin du bureau de mon professeur. Dès ce moment je commence à trier les livres par thème et par ordre alphabétique.
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mer 11 Mai - 0:00


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Oliver m'avait appris énormément de choses sur le métier d'Auror. Pendant nos deux ans de vie commune, j'en avais su beaucoup. La confiance qu'on ne devait pas accorder à l'adversaire, lorsqu'il faisait mine d'être incapable de combattre par exemple, l'estime de soi et l'ego, ne jamais se prendre pour le plus fort du monde car un jour nous allions finir par tomber de très haut. Être toujours sur ses gardes et ne pas baisser la baguette lors d'un combat. Je n'étais peut-être pas la meilleure duelliste sur Terre, mais je savais au moins tout ça. Et je savais que ses conseils allaient me servir pour le futur. C'est pourquoi je voulais former le jeune O'Malley. Parce que sentais en lui quelque chose d'énergique et de bien. Je n'avais pas d'autres arguments. J'espérais juste que je ne m'étais pas trompée.

Après l'avoir désarmé par surprise et lui avoir rendu sa baguette, je lui avait donc annoncé mes intentions. Et il avait été déboussolé. Plus que je ne me l'étais imaginé. Et j'avais souri intérieurement en me demandant quelle aurait été ma réaction à son âge si mon propre professeur m'avait proposé ça. La même, je pense. En même temps, mes paroles n'avaient pas du tout été prévisibles. Une guerre... Savait-il ce que cela signifiait exactement ? Peut-être ou peut-être pas. Mais je voulais prendre ce risque.

« Gemino ! »


En effet, le jeune Poufsouffle était plutôt doué en sortilèges, je ne pouvais pas dire le contraire. Miss Absil devait être fière de son élève. Avec ça, il n'y avait aucun doute qu'il ai eu un Optimal à ses BUSES. Les produits se multipliaient et venaient se poser sur chaque table. Puis, il ensorcela les éponges et les chiffons qui vinrent nettoyer les ouvrages d'eux-même, sous le regard attentif de mon élève et moi. O'Malley me regarda avec un de ces regards indéchiffrables et passa ensuite entre les rangs en s'arrêtant parfois pour réparer quelques livres. Il faisait tout ça très méthodiquement et avec soin. Ce n'était pas un Poufsouffle pour rien. Les personnes de cette Maison avaient tous ces qualités-là et c'est pour cela que je l'appréciais encore plus. Le blaireau apporta à présent les livres nettoyés et réparés sur un coin de mon bureau et je me décalai pour lui laisser la place. Une fois cela de fait, il commença à les trier par thème, auteur et ordre alphabétique. Les livres semblaient comme neufs, à présent. Il retourna alors vers moi, plutôt satisfait. Je lui souris chaleureusement.

« Voilà un travail très soigné, O'Malley. Je vous donne rendez-vous à présent demain, pour votre troisième jour de retenue. Révisez bien vos sorts. »

La porte s'ouvre et je sens que le jaune et noir a encore des questions mais qu'il ne veut pas m'importuner d'avantage. Le lendemain risquait d'être une soirée prometteuse...

Fiche de liens (c)
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mer 11 Mai - 13:56

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings L'idée d'être entraîné par le professeur Hastings me plaît beaucoup mais l'idée de passer plus de temps en sa compagnie me plaît encore plus. Alors je m'allège le travail en multipliant puis ensorcelant chiffons et flacons pour nettoyer les couvertures des vieux livres tandis que je passe dans les rangs pour lancer quelques Reparo sur certains livres en mauvais ou très mauvais état. Une fois que je suis certain que la magie fonctionne bien je prends les livres propres et je les amènent sur un coin du bureau de madame Hastings. Je pose les livres et d'ailleurs elle se décale pour me laisser plus de place. Je la gratifie d'un sourire puis je commence mon classement.

Dans un coin je mets les livres concernant la révolte des gobelins avec la guerre des géants, dans un autre les sorciers les célèbres et la création du Code international du secret magique, et entre les deux je place Bathilda Tourdesac avec son livre sur l'Histoire de la magie. Au moins le rangement me permet non seulement de me remémorer certains sujets  étudiés mais aussi de penser à la belle femme qui me regarde surement. Je termine de ranger la pile assez conséquente de livres, à présents redevenus comme neufs, après avoir préalablement jeter un sort pour emmener les derniers livres sur le bureau et avoir fais disparaître les chiffons et les flacons de produit. Je me retourne vers le professeur Hastings, avec un air satisfait affiché sur le visage.

- Voilà un travail très soigné, O'Malley. Je vous donne rendez-vous à présent demain, pour votre troisième jour de retenue. Révisez bien vos sorts, me dit-elle.

- Merci, répondis-je avant de prendre mes affaires. Je me dirige vers la porte, qui vient de s'ouvrir, quand je me rappelle que je n'ai rien hormis ma parole si un préfet, Rusard ou Ombrage me tombe dessus dans les couloirs. Je fais volte-face et demande poliment : Vous pourriez me faire un mot s'il vous plait ?

Une fois le papier d'immunité obtenu je salue mon professeur et quitte la salle d'Histoire de la magie pour retourner à ma salle commune.

[Le lendemain soir]

La journée à été maussade et seule la session d'entraînement de Quidditch a réussit à faire oublier le temps pluvieux. J'ai envoyé un hiboux à ma mère pour lui demander si elle était d'accord pour aider Harry à transmettre des "recommandations" et je ne vais pas avoir de réponse avant demain. Je manque de me faire frapper par un cognard et Zacharias, le nouveau capitaine de l'équipe, siffle la fin de l'entrainement. Nous rentrons tous au vestiaires pour nous changer puis allons au château, l'heure du dîner approchant à grands pas.

Le dîner passé sans encombres, je file à la salle commune laisser mon sac à dos puis je monte à la salle d'Histoire de la magie pour ma retenue. Je frappe à la porte, laissée entre-ouverte probablement par le professeur Hastings et j'entre. Elle n'est pas là, je consulte ma montre et constate que je suis un peu en avance. Je quitte alors ma robe de sorcier que je pose sur une chaise, prends ma baguette et m'assois sur une table en attendant l'arrivée de la jeune femme.
© 2981 12289 0


HRP:
 

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Ven 13 Mai - 11:21


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Le jeune homme sembla plutôt satisfait de son travail, et je m'empressai de le complimenter. Ainsi, tout était plus clair à présent. Les étagères avaient longtemps été pleines de poussière, et les livres suffoquaient en-dessous. Le professeur Binns, ne faisant ses cours seulement sur quelques sujets qu'il rabâchait sans cesse chaque année (la révolte des gobelins, la guerre des géants...), si bien qu'il ne s'était jamais vraiment intéressé à ce qu'il pouvait avoir derrière lui. Après tout sa capacité d'être un fantôme ne l'aurait pas bien aidé. De mémoire, il avait toujours été un petit bonhomme ennuyant et sans pédagogie, ne se préoccupant guère des élèves. Parfois, il faisait son cours seul. Ou presque, puisque j'étais une des rares à encore l'écouter. Enfin, le rangement et le changement pouvait parfois faire du bien.

« Vous pourriez me faire un mot s'il vous plait ? »


Je hochai la tête. Il était déjà en retenue avec moi cette semaine, je n'aurais pas voulu qu'il ai une punition supplémentaire à cause d'un préfet ou de notre cher Rusard. Je pris une feuille, y inscris quelques mots, et le lui tendis. Il me salua et s'en alla par la porte qui était restée ouverte et qui se ferma après son passage. Je restai quelques instants dans la salle de classe à réfléchir sur ce qu'il s'était passé. Quelques minutes auparavant, j'avais proposé à mon élève, Nashoba O'Malley, de le former à la guerre qui se préparait, sans vraiment réfléchir aux conséquences. Qu'allait-il se passer si nous étions surpris ? La réponse était simple. Un Avada Kedavra, et c'était la mort instantanée. Pas d'autres issues possibles. Ou bien une séance de torture pleine de Doloris, ce qui pouvait être une éventualité que je préférais éviter. Mais O'Malley avait quelque chose. En fait, il me rappelait Oliver. Une étrange énergie émanait de lui, quelque chose que je n'avais ressenti chez aucun autre élève. Nous verrions bien les prochaines séances.

Avec un soupir, je sortis de ma salle et verrouilla la porte. Il était temps pour moi d'aller dormir...

~oOo~

Ce furent les rayons du soleil qui passaient entre les rideaux de ma chambre qui me réveillèrent. Tiens, un matin ensoleillé. Une chose qui était rare pour une mois de septembre, et en Angleterre, soit dit en passant. Mais bon, les choses n'étaient toujours pas négatives. Ces brins de soleil m'apportaient une belle énergie. Je me levai de mon lit et m'habilla d'un jean et d'un chemisier blanc, pour enfin enfiler mes talons noirs. Un fin collier orné de petits faux diamants qui scintillaient finit autour de mon cou. Après cela, j'étais prête à débuter la journée.

Ladite journée se passa à merveille. Ayant cours avec mes troisième année, je leur rendis les copies que j'avais corrigé. Les résultats étaient plutôt satisfaisants pour un premier devoir, et les visages étaient assez enthousiastes. Bientôt, ce fut la fin de la journée et le début de la soirée. Je devais rejoindre le blaireau dans ma salle pour sa retenue. Je me recoiffai histoire de ne pas venir telle un buisson de la forêt, et me dirigea calmement vers le premier étage, mes talons claquants contre le sol. Quelle ne fut pas ma surprise de voir la porte de ma salle déjà ouverte. Je fronçai les sourcils. Quelqu'un était entré. J'étais pourtant sûre d'avoir verrouillé l'accès à la salle, hier soir...

Je franchis le pas de la porte et m'aperçus qu'O'Malley était déjà présent, attendant patiemment sur une table, sa robe de sorcier à côté de lui.

« Bonsoir, O'Malley. »

Il se retourna et me salua à son tour. Je fermai alors la porte derrière moi et fit face à elle en la scrutant attentivement. Tout ceci était très bizarre.

« Dites-moi, la porte était-elle ouverte lorsque vous êtes arrivé ? »

Si la réponse était positive, cela signifiait que quelqu'un était rentré dans mon bureau sans mon autorisation. Ça ne sentait pas très bon tout ça... J'espérais que la personne en question n'avait rien trouvé de suspect dans la salle. Ou alors, je me faisais des idées et le sort avait juste été loupé, ce qui m'étonnait fortement au vu de mes capacités en sortilège... Il fallait que je creuse un peu tout ça.

Fiche de liens (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Ven 13 Mai - 15:25

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Assis sur une table, j'attends tranquillement dans la salle d'Histoire de la magie que le professeur Hastings arrive. Quand je suis arrivé j'ai trouvé la porte entre-ouverte et je ne me suis pas posé de questions pensant qu'il s'agissait de l'oeuvre de mon professeur. Une voix de soprano me tire de mes pensées.

- Bonsoir, O'Malley.

Je suis légèrement avant de me retourner ma jolie professeure qui vient d'enter dans sa salle. Je la salue en retour mais elle se retourne pour fermer la porte et reste quelques secondes face à elle, en silence. Je saute de la table, atterrissant silencieusement sur le sol en marbre et j'esquisse quelques pas vers madame Hastings qui me demande si la porte d'entrée était déjà ouverte quand je suis arrivé. Je fronce légèrement les sourcils, commençant à me demander sérieusement si c'était vraiment elle qui l'avait laissé ouverte mais la question montre clairement qu'il s'agit de quelqu'un d'autre.

- Elle était entre-ouverte ... je pensais d'ailleurs que c'était vous, en vous absentant de la salle, qui l'avait laissée ouverte pour moi, répondis-je en prenant ma baguette et mettant dos à la jeune professeure.

Juste histoire d'être certain que nous sommes seuls je lance un sortilège permet de détecter la présence d'une personne dans la pièce mais à part madame Hastings et moi, il n'y a personne. Je me retourne à nouveau vers la demoiselle et dit en haussant les épaules :

- Peut-être que Rusard est passé par là pour nettoyer !

Bon si la porte avait été verrouillée par un sortilège n'aurait jamais pu entrer à cause de sa condition de Cracmol et dans ce cas-là il s'agirait d'un sorcier. Mon avis se porte sur Ombrage, elle a l'air assez vicieuse pour entrer en douce dans les bureaux des autres professeurs pour chercher des informations. Peut-être que ... je lève les yeux vers le plafond puis regarde les murs et je lance un Finite Incantatem au cas où il y aurait un quelconque dispositif magique d'écoute, on est jamais trop prudent vu ce que je vais faire tout au long de l'année avec madame Hastings.

- Je pense qu'on ne sera pas dérangés, qu'en dites-vous madame ? demandais-je avec un petit sourire amical.
© 2981 12289 0
;

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Lun 16 Mai - 21:39


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


C'était étrange. Pourquoi une personne aurait-elle voulu pénétrer dans ma salle sans ma permission ? Tous les élèves savaient ce qui était interdit et ce qui ne l'était pas. Et ceci l'était. Mais je ne pensais pas que ce soit un élève. Et puis, pourquoi faire ? Je n'avais rien à cacher dans ma salle de classe. De plus, aucun livre ni aucune affaire ne semblait avoir été renversé. Comme s'il n'y avait eu aucun passage. Mais j'en doutais. Quelqu'un était bel et bien venu ici-même, peu avant l'arrivée d'O'Malley, et avait oublié de fermer la porte derrière lui. J'en étais persuadée. Il se serait produit la même choses dans ma chambre, il en aurait été autrement, croyez-moi.

Mes craintes augmentèrent lorsque mon élève me confirma ce doute. La porte avait été ouverte avant son arrivée, et donc avant la mienne. Ce n'était que la première fois. Qui sait si cet acte allait recommencer dans le futur ? Le jaune et noir prend l'initiative de lancer un Homonium Revelio. Sage décision. Un esprit vivace et perspicace. Cette qualité allait lui servir, plus tard. Il n'y avait personne dans la salle à part nous deux. Cela voulait dire que la personne était sortie avant notre arrivée. Ou alors, il n'y avait jamais eu personne. Mais un doute planait. Je me souvins que j'avais bel et bien fermé la porte hier soir. J'en étais sûre.

« Peut-être que Rusard est passé par là pour nettoyer ! »

Sa proposition plane quelques instants dans mon esprit avant de disparaître. C'est impossible. J'avais verrouillé ma porte avec un sortilège, le concierge n'aurait jamais pu rentrer, étant un Cracmol. Le blaireau lança alors un Finite Incantatem. Encore une fois, il avait pris toutes les mesures de défense possible. Je me tournais face à lui.

« Je pense qu'on ne sera pas dérangés, qu'en dites-vous madame ? » me demanda-t-il avec un gentil sourire.

Je lui souris à mon tour, un sourire qui se voulait rassurant. J'espérais, oui, qu'on ne soit pas dérangé. Nous prenions de gros risques en nous exposant à un tel danger. Il fallait être prudent et surveiller à chaque fois nos arrières. Et ce, durant tout le reste de l'année et même après.

« Je l'espère, O'Malley, je l'espère. Assurdiato ! »


Ainsi, j'étais sûre que personne allait nous entendre. Il le fallait, de toute manière. C'était une question de vie ou de mort. Je m'avançai alors vers mon bureau en contournant mon élève et me cala contre la table, face à lui. Je croisai alors les bras, baguette en main.

« Dites-moi, O'Malley. Jusqu'à-là, qu'avez-vous appris en DCFM ? Miss Antera est-elle une bonne professeure ? »

Je n'avais jamais personnellement parlé à ma collègue, mais elle m'avait l'air assez sympathique. Quoique, un peu sombre, mais j'étais persuadée qu'elle enseignait très bien cette matière. Il allait falloir que j'aille lui parler, histoire de faire connaissance et pour savoir à qui je pouvais me fier ou non...

Fiche de liens (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mar 17 Mai - 14:49

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings C'est vrai qu'il y a de quoi se poser des questions concernant la porte laissée ouverte, ça voudrait dire que soit il s'agit d'un contrôle de "routine" effectué par un sorcier comme Ombrage par exemple ou alors qu'on était espionnés d'une manière ou d'une autre. En tout ma proposition que Rusard soit dans l'affaire laisse planer le douter dans nos deux esprits, comment un Cracmol pourrait rentrer si l'endroit était fermé par un sortilège ? C'est tout bonnement impossible sauf si on l'avait aidé. Madame Hastings se tourne vers moi et dit avec un petit sourire que je trouve charmant :

- Je l'espère, O'Malley, je l'espère. Assurdiato !

A présent personne ne pourrait entendre notre conversation, même les Jumeaux Weasley avec leur paire d'Oreilles à rallonge ne pourraient rien entendre. Elle s'avance pour rejoindre son bureau et lorsqu'elle passe à côté de moi elle laisse une légère et douce effluve de parfum floral. Elle se cale ensuite contre le bureau de bois puis croise les bras, baguette en main, et elle me pose des questions concernant les cours de défense contre les forces du mal et sur le professeur Adamspears. Pendant les premières semaines nous avions eu Ombrage en professeur et je dois dire qu'elle était du même niveau de Lockhart et bien plus flippante que Maugrey. Les cours étaient un vrai calvaire jusqu'à ce qu'elle devienne directrice adjointe de Rogue et que son poste soit libre. Et à présent notre professeur était une jeune femme un peu renfermée mais plutôt bonne professeure, de mon avis. Je hausse les épaules et efface mon sourire.

- On a commencé à aborder les sortilèges informulés, et on va s'entraîner dessus toute l'année. Et jusqu'à présent le professeur Adamspears est un bon professeur, répondis-je poliment. Que va-t-on faire aujourd'hui, madame ?

Je me demande pourquoi elle m'a posé ces questions, peut-être que ça a un rapport plus ou moins direct au fait qu'elle va m’entraîner au combat mais bon c'est une raison qui la concerne et que je connaîtrais surement incessamment sous peu pour peu que je chercher discrètement. Je me rapproche de madame Hastings et me rassois sur la table sur laquelle j'étais assis quand elle est arrivée. Je lui adresse un nouveau sourire et dit :
- Ah oui, si vous avez des questions ou quelques chose comme ça par rapport à l'affaire de la porte ouverte vous pouvez faire confiance à l'elfe de maison du nom de Varys. Je suis sympas avec lui et il m'aime bien, alors il veux rendre service quand mes amis ou moi avons besoin de quelque chose !
© 2981 12289 0

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 137

Carte du Personnage
Baguette :
Fonction / Année d'Etude:
Sang :

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Ven 27 Mai - 23:04


Un petit biscuit madame ?

feat NASHOBA O'MALLEY


Il fallait dire que le poste de Professeur de DCFM avait été comme maudit depuis l'époque de Vous-Savez-Qui. Pas un qui restait plus d'une année. Les élèves étaient donc assez chamboulés de devoir changer de méthode de travail, d'écoute et de prise de note, mais aussi de s'habituer à côtoyer un nouvel enseignant chaque année. D'autant plus que beaucoup misaient sur cette matière pour réussir dans leurs études. Matière qui n'était certes, pas évidente du tout. Surtout lorsqu'il y avait le contexte avec : la guerre. Pour l'instant, rien ne se passait d'anormal. Mais cela ne saurait tarder. L'ennemi était toujours dans l'ombre, attendant le meilleur moyen pour attaquer. Il fallait protéger les élèves à tout prix.

« On a commencé à aborder les sortilèges informulés, et on va s'entraîner dessus toute l'année. Et jusqu'à présent le professeur Adamspears est un bon professeur. »

Je hochai la tête, le doigt sur les lèvres. Les sortilèges informulés, hein. Mes préférés. Lorsqu'ils étaient bien utilisés, ils pouvaient se révéler très efficaces. Surtout lors d'un combat. Le plus important était de ne pas faire savoir à l'ennemi quelle carte nous allions jouer. Tout miser dans la surprise. Les taux de chance de ne pas mourir étaient ainsi plus élevées.

« Que va-t-on faire aujourd'hui, madame ? »


Il se rapprocha de l'endroit où je m'étais calée et s'assit sur le bureau sur lequel il était avant mon arrivée dans la salle. C'était une très bonne question. Peut-être par revoir les bases ? Non. S'il avait eu Optimal à ses BUSES, ce n'était pas pour rien. Ah, ils étaient en train de voir les sortilèges informulés ? Nous allions voir de quoi il était capable.

« Ah oui, si vous avez des questions ou quelques chose comme ça par rapport à l'affaire de la porte ouverte vous pouvez faire confiance à l'elfe de maison du nom de Varys. Je suis sympas avec lui et il m'aime bien, alors il veux rendre service quand mes amis ou moi avons besoin de quelque chose ! »


Je l'écoutai attentivement tout le long. En effet, l'elfe de maison pouvait nous être utile, et il était toujours important d'avoir des amis au sein de l'établissement. Il était vrai que je n'allais pas faire une croix sur cette proposition.

« Je note ce que vous dites, O'Malley. Dites à votre ami Varys  de nous prévenir si quelque chose d'anormal survient près de cette salle, je lui en serai reconnaissante. »


Je m'arrêtai un instant en mettant à hauteur d'yeux ma baguette. Je l'avais reçue peu avant ma rentrée à Poudlard. Bois de cyprès et crin de licorne. 27,75 cm, relativement flexible. Et depuis, elle m'avait toujours été fidèle. C'était grâce à elle si j'avais pu faire tout ce que j'avais fait. Elle était ma partenaire. Je levai alors mes yeux en sa direction et me poussa de mon bureau de façon à ne plus être calée dessus.

« Voyons voir comment vous vous débrouillez pour les sortilèges informulés, O'Malley. Essayez de me désarmer. »

La rentrée avait à peine débutée il y avait quelques semaines. Il n'allait pas y arriver du premier coup, j'en étais certaines. Même les plus adroits perfectionnaient encore leurs informulés. Mais il était là pour ça : pour les perfectionner. Même si je n'avais pas le diplôme pour...

Fiche de liens (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 555
Localisation : Vous aimeriez bien savoir, hein ?

Carte du Personnage
Baguette : 37 m, flexible, bois de X et poil de Wommatou
Fonction / Année d'Etude: Professeur de Métamorphose
Sang : Pur

MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   Mar 16 Aoû - 10:44

"Un petit biscuit madame ?" # Eleonore Hastings Je reste sceptique sur l'identité de la personne qui a laissé la porte entre-ouverte mais bon on finira bien par savoir de qui il s'agit. Je propose l'aide de Varys et un sourire étire mes lèvres lorsque madame Hastings accepte. J'en connais un qui sera très content ! Je hoche la tête puis attends la suite des événements, si elle m'a demandé ce qu'on a fait en défense contre les forces du mal c'est qu'elle va surement à aborder un sortilège. Je la regarde lever sa baguette à hauteur des yeux pour l'analyser puis ses yeux me fixent tandis qu'elle s'avance un peu pour ne plus être appuyée sur son bureau. Un duel ? Vraiment ?! Mon sourire s'élargit. Rien ne me fais plus plaisir que d'user de ma baguette, si différente de toutes ces baguettes britanniques avec sa plume d'oiseau-tonnerre.

- Bien madame, répondis-je en dégainant ma baguette magique.

Je pointe ma baguette vers mon professeur. En cours il m'a fallut plusieurs tentative avant de désarmer Jordan et je crois avoir compris comment faire. Je focalise mon cerveau sur l'action et ma volonté sur le fait de désarmer mon adversaire. Expeliarmus crias-je dans ma tête tout en effectuant le geste. Je sens ma baguette ronronner et se réchauffer dans ma main tandis que la baguette de madame Hastings quitte la sienne. Je baisse immédiatement ma garde pour attendre la réaction de mon professeur et surtout qu'elle récupère sa baguette magique.

- Vous savez ce qu'est devenue le professeur Mcgonagall ? demandais-je de but en blanc. J'aimais beaucoup ce professeur quand elle était à Poudlard et j'aimerais savoir où elle est passée après l'arrivée au pouvoir de Rogue et d'Ombrage parce que mine de rien elle me manque.

© 2981 12289 0



HRP:
 

_________________
Returning to source is stillness, which is the way of nature.
×by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Un petit biscuit madame ?" [Pv Eleonore Hastings]
» Petit Biscuit ◆ Connaissez vous le garde champêtre ? Le garde champêtre ? Celui qui pue qui pète ? Oui celui qui prend son tutu pour une voilette.
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard The War ! :: Poudlard :: Premier Etage :: Salle d'Histoire de la Magie-